image
image
image

Votre IP : 3.222.251.91
Dernier ajout : 2 février
Visiteurs connectés : 15

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Forum technique > L’électricité à bord -forum- > Batteries > capacité vieilles batteries plomb

Rubrique : Batteries

__________________________________________________________________________________________________________________

capacité vieilles batteries plombVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié 19 janvier, (màj 19 janvier) par : Seylione  image   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail Inscrit aux forum vous pourriez transmettre cette page à un ami plaisancier

Bonjour à tous,
Merci d’avoir accepté dans vos tempêtes un montagnard (mais élevé en Bretagne) !

A 1740m d’altitude, ma maison est entièrement hors réseau. Elle est énergisée par 2kWcrête sur le toit et 31 kWh de batteries au plomb (OPZS TYS11 d’ENERSYS,, C[20]=1250Ah) + groupe électrogène. Le tout géré par Victron, y compris CCGX et VRM, bien pratique car je ne skie plus et avec 1m de neige...

Mes batteries ont 11 ans et je cherche à connaitre leur capacité résiduelle pour ne pas les remplacer trop vite.
VRM me fournit quelques éléments : ces derniers jours pas de charge (nuages et neige sur les panneaux) mais
sur 89h, DOD 15% pour une consommation de 111W (Onduleur et modem-routeur), voltage moyen de 23.9V.

J’ose calculer la durée de décharge totale (89h / 0.15 = 593H) et même une idée de
capacité totale pour I=111/23.9=4.64 et C[4.6]=(111/23.9) * 89 / 0.15 = 2754Ah.

J’ai bien essayé les formules Peukert corrigées (Negofol, Juin 2019) avec n= 1.138, pour un peu plus de précision, mais je n’y arrive pas.
Un petit coup demain me ferait grand plaisir ! et je vous remercie d’avance
Lionel

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

3 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • 20 janvier 11:37, par PeeF écrire     UP  image

    Il faut vérifier chacun des éléments du parc à batterie et non pas l’ensemble, apparemment sous 24v (12 fois 2V ?). Le GE est-il à démarrage automatique ? Dans ce cas la tension générale devrait être supérieure à 25V. Le SOH (état de santé) se mesure avec un appareil spécifique, appareil courant pour les 6 et 12v, peut-être un peu moins pour du 2v.. En dessous de 80% de la capacité initiale, il faut envisager le remplacement du parc. Le coef de Peukert sert à estimer la capacité d’une batterie à délivrer un courant plus ou moins fort et est un marqueur très indirect de l’état de santé de la dite batterie. Se lancer dans des calculs de tension à vide et en charge (quelle charge ?) est très hasardeux avec les moyens du bord.
    Les batteries OPZS sont très résistantes et leur durée de vie est estimée entre 15 et 20 ans. Mais cela reste des batteries au plomb et elles n’aiment pas les charges partielles et ce dans un environnement trop éloigné des températures « d’usine » (20 à 25°C). Qui plus est elles sont par définition statiques et il y a risque de stratification de l’électrolyte que l’on combat en amenant ce dernier à ébullition ce qui n’est pas prévu dans les systèmes de régulation automatisés.

    Répondre à ce message

    • 21 janvier 10:53, par yvesD écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

      risque de stratification de l’électrolyte

      J’ai toujours pensé que l’avantage de nos portes-batteries (le bateau) montés sur un élément instable (l’eau) était aussi d’agiter les batteries et l’électrolyte qu’elles contiennent, et ce même si l’hiver le bateau reste au port où il est heureusement agité périodiquement par le vent.
      Me trompe-je ?

      Bien sur ça n’exclue l’utilisation épisodique du mode ’désulfatation’ mais je pense que c’est surtout, sur nos bateau, pour désulfater (un peu) les plaques et pour égaliser les plaques entres elles et les batteries entre elles. A faire manuellement un à quelques fois par saison.

      Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales