image
image
image

Votre IP : 100.24.209.47
Dernier ajout : 23 août
Visiteurs connectés : 17

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Forum technique > Les moteurs -forum- > réparation > Volvo Penta MD47B - blocage

Rubrique : réparation

__________________________________________________________________________________________________________________

Volvo Penta MD47B - blocageVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié Septembre 2015, (màj Septembre 2015) par : JLouis  image   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail Inscrit aux forum vous pourriez transmettre cette page à un ami plaisancier

Bonjour à tous,
Je dispose d’un vieux MD47B (produit entre 1961 et 65) qui tourne comme une horloge mais qui a parfois des difficultés de démarrage. Voici mes observations :
Quand le moteur est chaud, jamais de problème, démarrage au quart de tour.
Quand il est froid, en général tout va bien mais parfois, le démarrage est impossible parce que le moteur semble bloqué !
J’ai d’abord soupçonné de démarreur mais celui-ci consomme autant qu’il peut et je constate que dans ces circonstances, le moteur bouge un peu, l’arbre légèrement aussi. Je l’ai mis hors de cause.
Je me suis rendu compte que lors d’un fonctionnement de plusieurs heures, le niveau du liquide de refroidissement baissait un peu... environ 1L pour 6H de marche à régime normal (1400 tours). Pas de présence d’eau ou de mayonnaise dans l’huile.
J’ai remarqué que le blocage au démarrage intervient en général lorsque le moteur n’a pas démarré depuis au moins une dizaine de jours, jamais au bout de 2 ou 3 jours...
Lorsqu’il est bloqué, ça fait juste ’KLONG’ est les fils fondent si j’insiste... Après quelques minutes de patience, ça fait a nouveau ’KONG’ mais après une très faible rotation... Après de nombreuses minutes et entre 15 et 30 klongs, le démarreur entraine le moteur qui démarre relativement facilement et le phénomène a disparu...

Mon hypothèse serait qu’une fistule fine existe sur un joint de culasse entre un cylindre et un canal de liquide de refroidissement. Si le piston à la mauvaise idée de s’arrêter en position basse à l’aspiration, le cylindre se remplit et empêche le moteur de tourner tant que le liquide incompressible est présent. Je suppose que mes coups de démarreurs imposent au liquide de prendre le chemin inverse car je ne retrouve pas l’eau en bas.

Cette ’théorie’ vous parait-elle plausible ? D’autres idées ou explications possibles ?

Maintenant, si le joint de culasse doit être remplacé, ce n’est pas gagné car je ne trouve pas de pièces d’origine compte tenu de l’âge de l’engin. Avez-vous testé des solutions de fabrication à la demande d’après modèle ou autres ? Avec quels résultats ?

On trouve également des produits plus ou moins ’miracles’ à mettre dans le circuit de refroidissement dont les principes actifs en solution ne polymériseraient qu’au delà d’une température uniquement présente à l’endroit de la fuite près du cylindre... En avez-vous testé ? Avec quels résultats ?

Merci d’avance pour votre aide, vos idées et vos retours d’expériences.

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

4 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • 9 septembre 2015 13:16, par Alex écrire     UP  image

    Bonjour JLouis,
    je n’ai pas de réponse concernant spécifiquement le blocage, de produit « miracle » non plus, je peux juste témoigner de mon expérience sur un yanmar 3GM30 de 1984 très fuyard : Lors d’une réfection moteur suite à des problèmes de refroidissement (refroidissement direct) je me suis rendu compte de fissures de 0.3mm et des cratères de 1mm au niveau du plan de joint coté cylindre, le premier joint de culasse remis en place a tenu 30 secondes avant que le moteur se mettre en alerte. Après re-démontage et plusieurs semaines de recherches je suis tombé sur un forum de réfection de tracteur (nos moteurs sont finalement assez semblables dans leur philosophie...) Là un vieux mécano m’a dirigé vers l’« hermétique » une pâte à joint de l’époque, après quelques recherches je suis tombé sur une pâte « aviation » vendue par GEB (qui aurait racheté le brevet et reformulé pour préserver un possible démontage - l"hermétique devenant très dure en polymérisant).
    Plusieurs mécano, diéséliste etc ont bien ris en me voyant faire - soit !!! - 387 heures de fonctionnement plus tard eux ont fini de rire et mon moteur se porte à merveille...
    Il s’agit juste de mon expérience ... et aucun intérêt auprès de la marque sus-citée...
    Bon courage dans vos investigations !
    Alex

    Répondre à ce message

  • 12 août 2016 20:58, par SIKA écrire     UP  image

    bonjour
    vu les symptômes décrits ta théorie de remplissage d’un ou plusieurs cylindres par un peu de liquide de refroidissement tient la route mais à la longue tu devrais en avoir un peu dans l’huile, à analyser ...
    pour le joint de culasse il y a la possibilité d’en découper un dans une plaque de cuivre recuite, ce n’est pas très onéreux, juste du boulot et de la patience et si c’est bien fait sur une plaque bien recuite ça tient aussi bien sinon mieux qu’un joint d’origine et tu peux même réutiliser le joint cuivre en le recuisant à chaque fois

    Répondre à ce message

    • 23 août 2016 16:47, par JLouis écrire     UP     Ce message répond à ...  image

      Merci pour cette réponse même tardive.
      En début d’année, j’ai pris la décision de déculasser pour en avoir le cœur net et effectivement, il y avait une petite fuite entre un cylindre et un conduit de liquide de refroidissement. Celle-ci, peu importante, confirmait bien les symptômes et le diagnostic.
      J’ai trouvé une boîte sympa vers Clermont-Ferrand dont je fournirai les coordonnées à ceux que çà peut intéresser, qui m’a refait tous les joints (culasses, échappements, caches-culbuteurs, etc.) selon modèles fournis. Les joints de culasse et d’échappements sont en matériau composite moderne recouverts sur chaque face d’une feuille de cuivre recuit qui englobe les tranches.
      Après une cinquantaine d’heures de fonctionnement, le problème a totalement disparu.
      J’ai par contre l’impression que le moteur fume un peu plus qu’avant mais ce n’est pas encore mesurable sur la quantité d’huile...
      J’espère ne pas avoir une fuite maintenant entre cylindre(s) et canaux de graissage...
      Merci pour vos idées et conseils !

      Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales