image
image
image

Votre IP : 54.92.160.119
Dernier ajout : 22 octobre
Visiteurs connectés : 24

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Articles > Traditions et cultures > Navigations australes > Fragola

Rubrique : Navigations australes

__________________________________________________________________________________________________________________

FragolaVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié 22 août, (màj 23 août) par : yoruk   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail

Mots-clés secondaires: organisation_voyage , navigation_divers , Traditions_cultures

FRAGOLA

JPEG - 423.4 ko
Fragola, 21 août 2018, à Preveza
JPEG - 230.6 ko
Crédit photo : http://www.galileoferraresi.com/

 
Le bateau est mythique et son équipage ne l’est pas moins... Déjà, fragola en italien, c’est la fraise... Ce qui n’est pas commun pour un nom de bateau... Il a été baptisé pour être original... Il l’est, et très beau... De plus, avec son équipage, partis de Venise vers les glaces de l’antarctique, puis son retour vers les eaux chaudes de la Méditerranée orientale on passe de la rudesse des navigations australes au charme discret du cabotage latin. Preveza, où il est basé actuellement, c’est le rappel de la grandeur romaine, et c’est aussi la route de Venise vers Byzance. Là il peut montrer, discrètement, toute l’étendue de son charme hors norme

Fragola, Mari et Leo


La Fragola
  • La Fragola è una barca unica, il progetto 99 di Carlo Sciarelli costruito dagli operai dei Cantieri Riuniti dell’Adriatico a Trieste e varata nel 1984... [1]
  • Gréé en cotre de 14 m, pour 3,75 m de maître bau et d’un tirant d’eau de 2 m. Déplacement lège : 11 tonnes avec un lest de 4,5 tonnes.
  • La coque est en acier, en forme de 3 mm d’épaisseur.
  • Les réservoirs sont dans la quille et le moteur au centre du bateau.
  • Flush Deck, sa ligne allie à la perfection : l’efficacité et l’élégance

 
 
 


Marina Bertozzi, dite “ Mari
  • Né à Viserba près Rimini.
  • Son père, naviguait à bord du Vespucci, et pour son plaisir sur une « Lancioni » petite barque à voile typique de la Romagne.
  • Comme elle ne savait pas encore marcher, son père l’attachait par la cheville, pour éviter de la perdre !!!
  • Après une vie consacrée au monde des affaires, elle embarque sur « Fragola », passera Panama et deux fois le Horn.
  • En 1992, Marina achète Fragola et crée Antarctica 2000, l’expédition en Antarctique sur un voilier qui trouvera des traces d’un climat tropical sur le continent de glace.
  • Au début des années 2000, ce sera la première femme italienne à naviguer en Antarctique avec son bateau

 
 


Galileo Ferraresi, dit “ Leo
  • Né en Emilie, il a construit des voiliers dans la cave de son grand-père, un professeur de musique qui, comme tous les membres de la famille, ignorait tout de ce qu’est un bateau.
  • En 1979, il participa à un cours de voile.
  • l’année suivante, il sera du lancement de Cantiere del Pardo, instructeur et directeur, puis instructeur national
  • En Angleterre en 1981, il sera appelé à travailler pour le projet Azzura de l’America’s Cup.
  • En 1982 il achète un bateau désarmé, le restaure et part en croisière dans l’Adriatique. Il l’affrétera, pour des thérapies avec des toxicomanes, puis les mineurs criminels.
  • Puis à nouveau il dirigera le chantier naval Wally, puis la Marina dei Cesari à Fano
  • Il a parcouru plus de 165 000 milles, passé trois fois Panama, deux Horn et l’Antarctique.
  • Directement et indirectement, il pratique l’école de voile depuis plus de trente ans, et enfin, avec Fragola complètement restauré, il a combiné sa grande capacité d’enseigner avec son savoir-faire d’entraîneur, un métier qu’il pratique régulièrement depuis une dizaine d’années.

Projet ANTARTICA 2000

JPEG - 234 ko
Crédit photo : http://www.galileoferraresi.com/

Mais qu’est ce qui a bien pu pousser le trio « Fragola, Mari, Léo » à quitter les splendeurs vénitiennes, pour affronter les rigueurs australes ???

  • Léo nous explique que sa curiosité scientifique quand, dans les années 80, a été attirée par une tache blanche à la place du continent austral, sur une carte conçue en 1535. De fil en aiguille, sa curiosité l’a amené à comprendre pourquoi Pythagore aurait-il pu suggérer l’Antarctique alors que les Grecs pensaient que le monde se finissait à Gibraltar ?
  • De même, il se posa la question de savoir pourquoi il existe une énorme différence d’épaisseur de glace
    • A l’Est du pôle sud, où des précipitations sont presque nulles on trouve une épaisseur de glace atteignant 4000 mètres
    • A l’ouest de ce même pôle, avec la péninsule Antarctique et les mers de Ross et Weddell, avec de fortes précipitations, l’épaisseur de la glace n’est que de quelques centaines de mètres.
  • La déduction logique à cette différence d’épaisseur est que la glace n’a pas été formée dans les conditions météorologiques actuelles, car dans ce cas, la petite glace de l’Antarctique aurait une épaisseur bien supérieure à celle de la grande Antarctique, et en fait, selon certains glaciologues, la petite couverture à l’ouest n’aurait que 10 000 à 12 000 ans.
  • Mais si la glace s’est formée à deux moments différents, cela signifie que l’axe de rotation de la Terre n’a pas toujours été dans sa position actuelle. Sur ce point, presque tous les scientifiques sont d’accord, le seul point de discussion est de savoir si le déménagement a eu lieu très lentement, avec des temps géologiques ou rapidement, avec des effets catastrophiques.
  • Une autre question était de savoir si la présence d’une ou de plusieurs civilisations capables de naviguer et de dessiner les côtes de la petite Antarctique avant le déplacement de l’axe de la Terre était envisageable.
    • Dans ces années, Léo a recueilli beaucoup de légendes traitant des conséquences du déplacement de l’axe de la terre, et de la présence supposée d’un Antarctique autrefois habité.
    • En 1983, les Chiliens avaient organisé une expédition archéologique. Leur point de départ n’était pas les cartes anciennes, mais deux pointes de flèches qui ont été au hasard tirés des fonds marins dans deux baies de l’Antarctique en 1975.
  • La preuve anthropologique n’est pas toujours acceptée, les scientifiques ont besoin de preuves tangibles. [2] [3]

Depuis vingt ans Léo travaille à titre professionnel en tant que skipper, impliqué dans la Coupe de l’América, à la récupération de toxicomanes et de jeunes délinquants... Mais il a raté le mythique Cap Horn, l’Everest de la voile, donc, pour lui, aller en Antarctique par le Cap Horn ce n’est pas la fin de la navigation mais le début d’une aventure. Tout doit être fait au mieux, tout doit être prévu et rien ne doit être laissé au hasard. Malheureusement, on ne sait prédire les incidents et les accidents

La descente vers Ushuaïa

En 1998, le bateau était aux Canaries avec Marina et Léo. Ils se sont retrouvés sur le point le plus proche de l’Antarctique, mais plus éloigné de l’Italie et donc plus difficile à équiper pour une longue navigation polaire. Ils partiront vers le sud seulement à la mi-octobre, un mois après la date fixée.
Dès le début, l’expédition souffrira de deux lacunes : l’argent et les hommes.

  • L’argent : ils se sont tournés vers une agence de sponsoring, mais les résultats ont été plutôt médiocres.
  • Les hommes : pour l’équipage, une diffusion du projet dans le monde du nautisme attirera une vingtaine de réponse, malheureusement souvent velléitaires. Au résultat seuls deux candidats seront retenus : Lorenzo, un italien et Rudolf, un basque. Bientôt le manque de connaissances nautiques et la négligence du premier se sont confrontés à l’intolérance et à la férocité du basque...
    • Le douzième jour, Léo devra monter sur le pont pour calmer une querelle se réglant au couteau !!!
    • Puis cinq jours plus tard, deux plombages dentaires de Rudolf sauteront, sa mâchoire enflant.
    • Il faudra faire route en urgence sur Salvador Bahia, à 700 milles, pour trouver le dentiste le plus proche

Salvador de Bahia

Le 8 novembre, complètement abattu, Léo n’a jamais vu un bateau aussi mal traité par son équipage. Il laissera passer trois jours, avant d’entamer tout seul entretien et réparation sur le bateau. Parmi, la casse : la bôme brisée à la suite d’une fausse manœuvre de ces deux incapables. Impossible d’en trouver une ici, et il aurait fallu 3 semaines pour en faire venir une d’Europe. Léo règlera le problème en achetant un profilé d’aluminium, dans une casse, qu’il reconstruira pour 50 $.
Le 1er décembre, arriveront Marina et Gianni de Cattolica (Émilie-Romagne), après deux jours d’acclimatation, ils iront à Itaparica pour terminer le travail et faire de l’avitaillement.
Cette perte de temps inquiétera Léo, selon ses plans, il devrait à cette date être à Ushuaïa. On lui avait expliqué que le début de la croisière devait se dérouler sur un rythme paisible pour rôder le bateau et éviter la casse. Et pourtant, la casse était là.

Punta dell’Este

Fin décembre, ils y célébraient trois fois l’an 2000 : la première fois selon l’heure italienne, la deuxième selon l’heure GMT utilisée par les marins et la troisième fois à l’heure locale !!!
Lorsqu’ils repartirent de Salvador de bahia,, ils feront le plein de gazole à la station service de la marina et au bout de quelques heures, les filtres et les tuyaux se sont bouchés, de sorte que même avec de nouveaux filtres, le moteur ne fonctionnait pas. Les problèmes n’arrivent jamais seuls et dans ces conditions, une tempête de type Pampero s’est levée. Ils mettront 12 heures pour parcourir les vingt miles qui les séparent de Mar del Plata, arrivant à la tombée de la nuit sous trinquette seule, à plus de sept noeuds, préférant mouiller sur ancre en rade, plutôt que de tenter une entrée sans moteur dans un port inconnu.
Le club nautique de Mar del Plata, les a accueilli gratuitement pendant une semaine, le temps de nettoyer le circuit de carburant, de vider, nettoyer puis remplir les réservoirs...

Vers Ushuaïa

Ils ont quitté Mar del Plata avec un Argentin désireux de naviguer et de connaître le sud de son pays. Le Pampero les bloquera une fois de plus à Caletta Valdes où ils ont rencontré les premiers pingouins, ils étaient déjà entrés dans les quarantièmes rugissants, ces latitudes méridionales où la mer rugit continuellement.
La navigation, surtout la nuit, commençait à être fraîche et le chauffage à air chaud à l’intérieur leur permettait de mieux apprécier les couchers de soleil enflammés de la Patagonie. En retard par rapport à leurs projets, les informations fournies par l’Antarctique indiquaient un dégel tardif d’un mois : ils pouvaient toujours y arriver. Ensuite, ce fut l’accident : le moteur avait été complètement révisé par l’usine et continuellement contrôlé et choyé par l’équipage, mais c’est la pompe à eau douce s’est soudainement cassée.
Impossible de le réparer ou de le remplacer par un autre similaire, et naviguer sans moteur dans l’extrême sud avec un bateau si gros est trop dangereux. Ils ont téléphoné à l’usine qui leur a envoyé la pièce par la poste, en s’arrêtant à Puerto Deseado pour attendre la nouvelle pièce.

En attendant, il y avait mille travaux à faire sur le bateau, ils firent une excursion à l’intérieur du Rio Deseado pendant environ quatre heures, où ils trouvèrent dans une vallée latérale, deux grottes avec des inscriptions et des mains peintes, inconnues auparavant.

Quand, après 16 jours, la pièce est arrivée, personne n’a pensé qu’il était possible d’arriver en Antarctique. L’Argentin avait débarqué et ils ont continué à naviguer vers le sud pour se rendre à Ushuaia. Gianni, perdu dans ses problèmes existentiels, a passé quelques jours enfermés dans sa cabine, ré-émergeant juste pour manger. ils sont passés des quarantièmes rugissants aux cinquantièmes hurlants. Les voiles étaient maintenant très réduites : Yankee3, trinquette ou tourmentin et la grand-voile, quand elle était hissée, à trois ou quatre ris.

Les fronts passent si vite que les bulletins météo argentins transmis toutes les 12 heures ne pouvait pas suivre les changements. Ils ont ensuite pris les cartes météorologiques chiliennes du Pacifique pour construire leurs bulletins, souvent meilleurs que ceux du Chili. Laissant le détroit de Magellan à l’ouest et ils sont descendu jusqu’à la Terre de Feu pour, dans une nuit d’orage, pour approcher le détroit de Lemaire. Ce passage entre la Terre de Feu et l’île des États est tristement célèbre parmi les navigateurs du Sud car ses courants provoquent des vagues qui mettent encore les navires militaires en difficulté. Après un calcul précis des vents, des marées et des courants faits séparément, afin de ne pas influencer les uns par les autres, à l’aube le 18 Février, ils ont traversé le détroit de Lemaire et, après deux jours de vents légers et de soleil, à l’aube le 18 Février ils étaient enfin à Ushuaia.

Ils étaient dans la ville la plus méridionale du monde, auraient-ils le courage et la force d’aller en Antarctique ?

Au pied du mur


Les informations qu’ils recueilleront sont contradictoires ; en analysant mieux, ils découvrent qu’il y a une possibilité d’arriver en Antarctique, mais il faut du beau temps et de la détermination. Au cours d’un dîner dans un restaurant éclairé aux chandelles avec une bouteille de « champagne argentin », Marina lui demande de partir.
Le lendemain , pendant qu’ils vérifient le bateau, deux personnes offrent de les accompagner dans l’ Antarctique, une canadienne de 26 ans, l’autre est de Pavie, Giuseppe, près de trente ans, il n’a jamais été sur un voilier. Avec leur aide, le travail se déroule plus rapidement. Fragola est allégé de tout ce qui n’est pas nécessaire, livres, romans d’espionnage, génois, guitare.
En plus des 450 litres dans le réservoir, nous remplissons également cinq réservoirs de carburant diesel pour le chauffage, la cuisine, les vêtements, l’huile et l’eau.
Un moteur à 4 temps pour l’annexe car dans le froid, le mélange d’huile bloque le carburateur, une bouteille de whisky dans le réservoir d’eau comme antigel. Ils reçoivent des informations météo de différentes sources : Giovanni d’Ushuaia passe par radio le temps du Chili et de l’Argentine qu’il reçoit sur Internet et aussi les situations dans certaines stations de l’Antarctique, toujours loin la radio Ruben de Ushuaia et Rafael des Canaries pour nous donner le temps dans les universités américaines, ils reçoivent aussi les papiers chiliens sur l’ordinateur de bord interfacé avec la radio et essayent de comprendre avec leur baromètre et leurs nez qui a raison et qui ne l’a pas. Il est également arrivé que tout ait mal tourné !

L’Antarctique

Le 1er Mars, ils quittent Ushuaia, le ciel est gris comme souvent ici, et le temps incertain. Ils mettront presque une journée pour traverser le canal de Beagle, le long fjord reliant la ville à l’océan Atlantique. Après quelques heures de vent au nord-ouest, ils reçoivent un avis de tempête et se réfugient dans une crique à 10 miles du cap Horn. Le phare du cap Horn est occupée par trois militaires chiliens qu’ils contactent par radio plusieurs fois par jour non pas tant pour la situation météorologique dans le Horn que pour éclaircir leur situation par rapport à l’île Diego Ramirez , un petit rocher également tenu par des militaires chiliens à 50 miles au sud-ouest de Horn.
Pendant deux jours, les vagues mesurent de 10 à 11 mètres, puis tombent à 8 et quand elles atteignent 5 mètres, Léo décide de partir. La tactique commence quand une forte tempête se termine pour parcourir les 700 miles du détroit de Drake, le passage entre le cap Horn et la péninsule antarctique, avant qu’il n’arrive une autre forte tempête. Notez que les termes pour exprimer le vent dans Drake sont différents que dans la Méditerranée : les 30 nœuds, qui sont considérés comme « Viento régular » et 40 nœuds sont « forte viento » Ensuite, il y a le « Viento muy fuerte "et enfin entre 50 et 60 noeuds « la burrasca »

L’attente du départ avec un vent qui siffle jour et nuit est déconcertante et Léo est assailli par cent milles doutes, il n’est pas facile de décider de sauter dans la queue d’une forte tempête pour naviguer dans des eaux que l’amirauté britannique nomme « au sud des voies de navigation normales »Léo attendra quelques heures puis il se décide et, après avoir salué le Cap Horn maintenant familier et « tranquille », ils mettent cap au sud.

Le Drake est le seul endroit au monde où le vent et les vagues peuvent tourner autour de la terre sans rencontrer d’obstacles, et c’est clair : les vagues sont hautes, majestueuses, fortes, pleines d’énergie ; vous pouvez rester fasciné ou terrifié, mais, je ne pense pas indifférent.

Après quelques jours de navigation, le froid devient plus intense, la température de l’eau est proche de zéro, avant d’observer un troupeau de sternes antarctiques venu tourner des heures autour du bateau et les accueillir en Antarctique. Malheureusement au début Léo a hésité quelques heures de trop et alors qu’ils se trouvent à quelques kilomètres de l’île du roi George, une autre tempête s’annonce. Il fait noir et malgré les différents phares, ils n’ont pu repérer les glaces flottantes uniquement lorsqu’elles sont très proches. Le danger est fort, il suffirait d’en prendre un de front et l’acier de la coque s’ouvrirait comme une boîte. Ils savent tous quoi faire en cas de naufrage, tout le monde a ses instructions, mais ils savent aussi que se retrouver dans l’eau signifie mourir en trois minutes.

La nuit est longue et avec le radar on ne voit que les plus gros icebergs, Léo se rend compte que bien qu’il n’y ait que 100 miles jusqu’à l’île de Seymour, on ne peut jamais l’atteindre sans heurter des morceaux de glace et risquer le bateau. Ils ont parcouru plus de 10 000 miles et une centaine de kilomètres ne semblent rien, mais ici, ils font la différence entre vivre et mourir. Par sécurité, ils se dirigent alors pour entrer dans la baie de l’Amirauté sur l’île du roi George, bien qu’ils soient sous le vent de l’île, ils devront lutter contre le vent et une mer dure pendant 20 heures.

  • L’Antarctique est un endroit gris, sans arbres ni herbes, inhospitalier et froid plus pour le paysage que pour la température, un endroit où personne ne voudrait aller.
  • L’Antarctique avec le soleil est beau, enivrant, brillant, inspire le désir de vivre et respire un air léger, vous vous sentez libre et heureux ; on voudrats toujours vivre ici avec le soleil.
  • L’Antarctique n’a pas de demi-mesures, n’a que des extrêmes, c’est seulement “ issimo

Dans la semaine où ils sont restés à Admiralty Bay, ils ont visité une base brésilienne et polonaise, collecté des pierres et des coquillages et un morceau de fossile, une alararia, une plante qui vit dans des climats chauds. Ils ont résisté pendant deux jours à un Blizzard (fort vent de l’Antarctique) de plus de 60 noeuds avec des rafales à 95 et lorsque le vent a tourné vers le sud, ils sont partis pour retourner à Ushuaia. En repassant le Drake et alors qu’ils étaient encore à soixante miles au sud du cap Horn, il leur semblait qu’ils étaient déjà dans sa cour.

A Ushuaia, les trois jeunes ont débarqué. Restés seuls, Marina et Léo, ont passé la première semaine à manger et à dormir (ils avaient perdu quelques kilos), puis ils se sont promenés dans la Terre de Feu. De retour à bord au lieu de retourner au détroit de Lemaire, ils sont partis vers l’ouest et pendant un mois ont parcouru les canaux chiliens jusqu’au canal de Magellan. beaux endroits avec des glaciers qui descendent des montagnes à la mer. Depuis un mois ils n(ont pas vu de traces humaines, encore moins de personnes. Comme la plupart des canaux sont encore inconnus, ils ont collecté des données pour un guide en anglais.

Le 8 mai 2000, ils ont quitté le détroit de Magellan et regagné l’Atlantique. Un mois plus tard, ils accostent à Mar del Plata et ns quittnt le bateau pour retourner en Italie par avion pour des problèmes familiaux.

Le retour

En mai 2001, Léo est allé retrouver Fragola avec Nicola et Bruno, ils sont retournés en Amérique du Sud et au Brésil, où ils ont été rejoints par Peppino. Marina les a retrouvé à Dakar alors que Bruno et Nicola ont débarqué. Après le Cap-Vert et seize jours contre des vents sur tribord de 30-40 noeuds ils sont arrivés aux Açores où ont quitté Fragola. L’été suivant, ils sont revenus avec Giulio, qui est resté avec eux jusqu’à Gibraltar. À la mi-septembre, Marina et Léo sont arrivés sur la côte toscane : un accueil plus glacial que celui de l’Antarctique. Le bateau était resté à l’étranger pendant plus de cinq ans, une période impossible pour la bureaucratie italienne, et une série d’amendes et d’injonctions les as forcés à en sortir immédiatement.

La promesse tenue


Léo avait promis à Marina qu’après tant d’océan il y aurait un été de détente et de bains et en été 2003 ils ont fait le tour de l’Italie pour retourner à Venise, la ville d’où ils étaient partis trente mille milles auparavant.

Depuis, transcendant le talent pédagogique de Léo, ils font de la formation, en Méditerranée orientale. C’est là où nous les avons croisés il y a peu et où Fragola m’a tapé dans l’oeil :
 

 

 
Et clap de fin, parce que ce sera bientôt fini, liens utiles

sy Laorana Preveza 22/08/2018



[1] En 1930, le « Stabilimento Tecnico Triestino » basé à Trieste fusionne avec une autre société italienne, le « Cantiere Navale Triestino » de Monfalcone, formant Cantieri Riuniti dell’Adriatico (CRDA). En 1984, le CRDA est vendue au groupe Fincantieri, le premier constructeur de navires au monde.

[2] Il a été montré que la dérive du pôle de rotation d’une planète peut être produite par des changements dans la distribution des masses dans son manteau ou à sa surface . De telles dérives expliqueraient certaines observations paléomagnétiques ou variations climatiques. On dispose, en l’occurrence, du trajet de cette dérive pour les 200 derniers millions d’années. http://www.insu.cnrs.fr/terre-solid...

[3] En ce qui concerne la Terre, une propriété importante de l’obliquité est la variation cyclique de sa valeur : celle-ci varie entre 24,5044° (ou 24° 30’ 16« ) et 22,0425° (ou 22° 2’ 33 »), suivant un cycle de 41 000 années. https://fr.wikipedia.org/wiki/Incli...

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

3 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • 24 août 17:15, par L’Adret écrire     UP

    Ah, la Fragola, Galileo et Marina, des gens adorables !
    Souvenir de quelques bonnes soirée passées à couple à Horta mi-Août 2001 à leur retour d’Antarctique.

    Répondre à ce message

  • 27 août 14:35, par yoruk écrire     UP Animateur

    Sur la Fragola, Golfe d’Amvraki le 26/08/18.... J’aime bien cette photo, Léo sérieux et appliqué, explique à Hélène comment on va aborder Sucré-salé, son bateau en mouillage forain, bateau qu’elle avait du abandonner pour suivre les coast guards, qui étaient venus récupérer son mari atteint d’une crise cardiaque... La solidarité maritime a joué de façon incroyable... Ca méritera peut être un article...
    Michel

    JPEG

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales