image
image
image

Votre IP : 3.230.144.31
Dernier ajout : 18 septembre
Visiteurs connectés : 9

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Articles > En navigation > Météorologie > Phénomènes extrêmes > Prévoir un medicane

Rubrique : Phénomènes extrêmes

__________________________________________________________________________________________________________________

Prévoir un medicaneVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié 22 juin, (màj 25 juin) par : yoruk   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail Inscrit aux forum vous pourriez transmettre cette page à un ami plaisancier

Prévoir un MEDICANE

Avant tout, ceci :

Mais aussi, et c’était prévisible, cela :


Chapitre 1 : Le terme “Medicane” est un néologisme, contraction de Méditerranée et Hurricane, par analogie avec les cyclones.

Chapitre 2 : Suivi des modèles et contrôle par les paramètres (4 paramètres)

Chapitre 3 : études des étapes de constitution du medicane IONAS

Annexes 4

Vers la table des chapitres

1.1 Pourquoi cet article

Autrefois, domaine réservé pour quelques navigateurs aventurés et sans moyens de communication, les connaissances sur les médicanes se sont développées grâce aux moyens de la 4G et aux réseaux sociaux, remarquables chambres d’écho. Néanmoins, peu étudiés, et surtout peu vulgarisés, les prévisions font défaut. Handicap supplémentaire, cette région couvre plusieurs états politiquement et financièrement hétérogènes. Difficile de pouvoir coordonner des informations venant d’Egypte, de Lybie, de Tunisie, d’Algérie, de Malte, des Italies, d’Espagne, de France, d’Albanie, de Grèce et de Turquie. L’Europe devrait pouvoir coordonner des moyens, comme les USA le font avec la NHC/NOAA pour l’Atlantique, mais, ce n’est malheureusement pas le cas, et le récent « Brexit » n’arrangera pas les choses. Il existe cependant des approches, plus ou moins concrètes :

Il existe pourtant des indices de risques détectables en amont. Ce qui a été le cas au moins deux fois, pour les médicanes Zorbas et Ianos, où des observateurs avisés ont su détecter des signes annonciateurs, confirmés ultérieurement par les modèles météorologiques.

Vers la table des chapitres

1. 2 Définition d’un medicane

  • A l’origine pour René Mayençon, le précurseur : développement de cellules convectives organisées conduisant à des « dépressions à centre chaud » de structure identique à celle des cyclones tropicaux, avec un œil central et les vents les plus forts en bordure de l’œil.
  • Selon les dernières recherches scientifiques, en particulier pour Flaounas et al : on trouve une grande variété des systèmes cycloniques se développant en Méditerranée du point de vue de la dynamique de ces phénomènes, pouvant développer des cyclones méditerranéens en tempêtes violentes. En conséquence s’il existe beaucoup d’évènements s’y rattachant, nombreux sont ceux qui sont ignorés, parce que fugaces, ou alors avortés
  • L’objet de ce article sera donc de rechercher les signes annonciateurs de ces phénomènes, dont deux causes systématiques relevées par Flaounas et al : l’influence par deux anomalies de PV (acronyme de ‘’tourbillon potentiel’’)
    • Une anomalie majeure dans la haute troposphère, liée au forçage barocline (couche d’atmosphère, dont le champ de température est fortement contrasté). [1]
    • Et une anomalie mineure dans la basse troposphère, liée aux processus diabatiques (transformation associée à un échange (apport, perte) de chaleur avec l’extérieur d’une particule considérée).

Vers la table des chapitres

1. 3 Statistiques connues

Repartions géographique
Sources : https://wcd.copernicus.org/articles...

JPEG - 73.9 ko
100 cyclones statistiquement influencés par les deux anomalies de PV principales

Les systèmes qui se développent dans cette région vont de faibles dépressions orographiques à des cyclones intenses.

Les points représentent les emplacements des 100 cyclones à leur stade de maturité.

  • La taille des points est proportionnelle à la pression moyenne au niveau de la mer au centre des cyclones
    • (voir légende dans le coin supérieur gauche du domaine).
    • La concentration se trouve sur la Méditerranée centrale
    • La Mer Egée et la Méditerranée orientale sont relativement épargnées.
  • Les couleurs de points représentent la saison : noir pour l’hiver, magenta pour le printemps, vert pour l’été et bleu pour l’automne.
  • Enfin, cerclé le point de rencontre des deux flux, sur les eaux chaudes du golfe de Syrte et l’amorçage du medicane.

Historique des périodes saisonnières

  • (a) Distribution mensuelle de l’occurrence des cyclones.
    • 75% se produisent en automne et en hiver.
  • (b) Cyclones triés en fonction de leur pression centrale moyenne au niveau de la mer au cours de leur stade de maturité.
    • 80% des dépressions affichent des valeurs peu profondes : entre 985 et 1005 hPa

Vers la table des chapitres

1. 4 Aperçu de la dynamique des 100 cyclones : les moyennes composites

  • Paramètres :
    • La température potentielle équivalente note : [2]
    • Vent à 850 hPa
    • Pression moyenne au niveau de la mer
    • PV à 300 hPa.
  • Les champs composites sont spatialement centrés sur les centres des cyclones et temporellement centrés au moment du stade de maturité des cyclones (c’est-à-dire lorsque les cyclones ont leur tourbillon relatif maximal).
    • Composite pour les 100 cyclones au moment de leur stade de maturité de PV à 300 hPa (en contours gris avec des intervalles de contour de 0,5 PVU, à partir de 1,5 PVU) note : [3]
    • Pression moyenne au niveau de la mer (en contours noirs)
    • Vent horizontal ( flèches )
    • Température potentielle équivalente à 850 hPa (couleurs)
    • (0, 0) indiquant la position des centres cycloniques.

La figure 3 montre clairement que les cyclones se développent dans un environnement barocline où une température potentielle équivalente représente des structures frontales. La banderole PV composite est également claire à 300 hPa, présentant une structure nord-sud amincie chevauchant principalement le secteur froid du cyclone composite. Les valeurs PV les plus élevées sont légèrement au sud du centre du cyclone composite.

Constat sur les théories de constitution des medicanes
Ce sont ces deux anomalies de PV (“tourbillon potentiel”), qui doivent être recherchées par les modèles de prévisions. Hors de porté de nos moyens financiers, comme intellectuels, il nous faut trouver parmi les modèles généralistes celui qui s’adaptera le mieux à chaque situation spécifique à la Méditerranée, voire à plusieurs régions de cette mer.

Cependant, les causes du déclenchement d’un médicane, laisseront des traces, comme indiqué sur les images ci dessous :

  • l’affaissement de la troposphère, et son influence sur l’altitude géopotentielle à 500 hPa) note : [4]
  • la trace de la vallée dépressionnaire (thalweg, ou goutte froide)
  • et au bout de cette cette vallée l’amorce de l’œil, bien rond du centre de la dépression, zone sans vent, potentiellement déclencheur du tourbillon. Dans la plus part des cas, c’est la vision de cet œil (simplement sur Windy ou tout viewer lisant ces grib), qui déclenchera l’attention de l’observateur.
JPEG - 46.1 ko
Recherche Wetter3.de
JPEG - 51.9 ko
Recherche XyGrib/GFS
JPEG - 56.6 ko
Source : http://www.enm-toulouse.fr/


Vers la table des chapitres

2. Suivi des modèles grib

Les modèles gribsont actuellement le principal format utilisé pour la diffusion et l’échange des données de prévision numérique du temps, ainsi que pour leurs archivage.

Une fois repéré les anomalies de PV, les modèles Grib généralistes développent des options en fonction de leurs structures de simulations mathématiques propres. note : [5]. Hors, tous les modèles sont différents, toutes leurs prévisions peuvent diverger, divergences évoluant en fonction de leur échantillonnage, et là, la précision de la maille horizontale aura son importance. Mais pas seulement, car le maillage vertical comptera autant, ce qui explique en grande partie la fiabilité des GFS 0.25°


Si on relit la conclusion de la note précédente :“ la [...]méthode, numérique, reprend les lois physiques de comportement du fluide et en déduit sur une suite d’instants programmés les valeurs et les phénomènes caractéristiques de ce comportement[...]”, il s’agit bien de programmer une série d’options vérifiées, validées ou abandonnées dans l’application d’algorithmes exécutés dans un environnement informatique dynamique. Or nous avons, à bord de nos bateaux, les moyens d’appliquer cette méthode de tri en “archivant en historique les phases de prévisions des gribs, puis en les comparant à une situation objective révélée par des images satellite.

Exemple de synthèse obtenue pour l’exemple du medicane Ianos

  • en tirets de couleur cyan : le trajet de la dépression d’altitude (thalweg ou goutte froide) du 12 au 15/09/20. C’est elle qui correspond à l’affaissement de la troposphère, PV signalé par E.Flaounas)
  • En pointillé noire, la trace GFS analysée (corrigée et revue par les experts de la NOAA) de la dépression libyenne. C’est elle qui participera aux PV en basse altitude, et à la naissance du potentiel tourbillonnaire
  • En trait plein noire, le trajet analysé du medicane, y compris l’orientation S/SE, de son extinction, après l’impact sur Cephalonie.
Quels modèles généralistes ???

ndlr , rappel : notre objet n’est pas de finaliser une prévision, mais de contrôler celles d’ingénieurs météo, dont le niveau l’expertise nous dépasse

Pour faire court, il existe à ce jour trois modèles mondiaux, de prévision grib, dominants : l’américain GFS/NOAA, l’européen ECMWF, et l’allemand ICON. Ramené aux exigences de contrôle de la Méditerranée, on constate :

  • ECMWF peine à montrer sa pertinence. voir note : [6]
  • ICON mondial semble laissé en jachère par son opérateur, l’allemand DWD, au profit du modèle régional ICON.EU, limité lui par la faiblesse de son offre paramétrable (pas de données d’altitude).
  • Les GFS avec leur dernière mise à jour de mars 2021, offrent la meilleure solution temporelle comme spatiale (4 màj/24H, calcul à l’échelle de 13 km note : [7]. Elles offrent en particulier la meilleure finesse d’analyse en altitude (ils sont passés de 64 à 127 niveaux), de l’offre logicielle. D’ailleurs et c’est frappant, les allemand de DWD choisissent GFS pour afficher leurs analyses météo sur Wetter3.de

C’est un domaine fluctuant. de ce point de vue, aujourd’hui, Robert Curbet propose :

  • un suivi général et un archivage en historique du Modèle GFS, sur 10 jours.
  • un suivi sur 3 jours avec un pas horaire, par le modèle régional ICON.EU.
  • une analyse affinée à 48 heures, avec les WRF 4 km.

C’est cette analyse et son potentiel de contrôle à postériori, qui vous permettra de vérifier la justesse des analyses des modèles. Dans le cas du medicane Ianos, il était intéressant pour un bateau situé dans la zone Céphalonie/Ithaque de connaitre la trajectoire projetée par les modèles, et son calendrier. Les options de mise en sécurité du bateau étant limitée à une fuite vers le nord ou vers le sud, le dos à la face occidentale de la péninsule grecque.

JPEG - 107.3 ko
GFS le 12/09/2020, tout est clair... rien ne bouge
JPEG - 127 ko
6 H plus tard, vu d’altitude... rien ne va plus.

Vers la table des chapitres

2 Suivi des modèles et contrôle par les paramètres (4 paramètres)



2.1 XyGrib et les valeurs de pression au sol ( “ D ” ) et les données d’altitudes géopotentielles à 500 hPa ( “ L ” ) permettant l’identification du coeur chaud. Réf : René Mayençon
 

2.2 Wetter3.de  : mise en parallèle des indices de pression au sol, de l’altitude géopotentielle à 500 hPa, et de l’épaisseur de la couche 1000 hPa -500 hPa (sa température) permettant d’isoler la goutte froide (thalweg d’altitude) et de comprendre son interaction avec les dépressions. Réf : Pierre-Simon Laplace et Lavoisier
 

2.3 Analyses de surface  : et les prévisions expertisées de MetOffice.


[2.4 Eumetsat  : les images satellite lisibles moins de deux heures après la prise du cliché, mettant en évidence la structure nuageuse en altitude.
-* Celle du taux de précipitation instantanée au sol
-* Celle du produit Airmass, composite RVB (rouge, vert, bleu) basé sur les données des canaux infrarouges et vapeur d’eau de l’instrument SEVIRI. Il est conçu et réglé pour surveiller la répartition des différentes masses d’air et l’évolution des cyclones, en particulier la cyclogenèse rapide, les stries de jet et les anomalies PV (vorticité potentielle). A ce niveau, on rejoint les travaux de E.Flaounas

Vers la table des chapitres

3.1 Phase de préparation - mise en place des éléments

  • le 12 septembre 006 Z
    MPEG4 - 5.2 Mo
    Vidéo

Commentaire : On note le développement d’une dépression d’altitude sur la Sardaigne à 500 hPa. Wetter3.de inique un envahissement d’air froid sur la Méditerranée occidentale. Il confirment aussi la dépression (‘’T’’ en allemand) C’est à surveiller, confirmé par l’analyse de surface et les bourgeonnement nuageux du satellite…

JPEG - 127 ko
Alt. géopotentielle 500 hPa
JPEG - 149.7 ko
Wetter3.de
JPEG - 81.1 ko
Analyse de surface
JPEG - 63.2 ko
Eumetsat
  • le 12 septembre 012 Z
    Commentaire : Pour XyGrib et GFS, la dépression d’altitude (‘’L’’) se creuse et glisse vers le sud. On voit aussi la formation de la dépression libyenne (‘’D’’) sèche sur terre, mais, elle doit écoper de l’humidité dans la partie maritime de sa rotation. Les trois thalwegs sont bien identifiés par MetOffice ainsi que l’imagerie satellite. C’est cette vision du noyau sans vent (‘’D’’) sur le golfe de Syrte, qui avait attiré notre attention (Robert Curbet, comme moi) le 12/09, six jours avant l’impact du medicane sur Céphalonie
JPEG - 132.1 ko
JPEG - 152.1 ko
JPEG - 83.6 ko
JPEG - 68.5 ko
  • le 12 septembre 018Z
    Commentaire : Ce 12/09/20 18Z, l’observateur constate que la zone suspecte du thalweg d’altitude se déplace vers les eaux chaudes du golfe de Syrte, confirmé par les GFS composites XyGrib/GFS (pression MSL + altitude 500 hPa + vent 10 m), les analyses de surface et l’imagerie satellite. Dans ces conditions, l’analyse du composite : « Re Top » ( 500hPa Geopotential Height, Surface Level Pressure, Relative Topography H500-H1000) montre clairement le risque. Selon les annotations sur la carte ci jointe :
JPEG - 37.2 ko
  1. En 1, trait noir des données de l’altitude géopotentielle à 500 hPa, qui nous indique la totalité de la zone de la goutte froide (altitude à 584 gpdam c.à.d 5840 mètres).
  2. En 2, la zone coloriée indique l’épaisseur de la couche d’air entre 500 hPa et 1000 hPa, c’est-à-dire sa pression liée à sa température.
  3. En 3, trait blanc des données de pression MSL à 1015 hPa, dessinant le contour du premier Thalweg (celui de Sicile)
  4. En 4, deuxième Thalweg à terre, sur la dépression libyenne (trait blanc, pression MSL)

En Synthèse, on constate le risque potentiel d’un medicane dans le golfe de Syrte… Ce que nous surveillerons les jours suivants

  • le 13 septembre 000Z
    Commentaire : La situation évolue peu. Le thalweg d’altitude (L) positionné en peu plus au sud se trouve maintenant au nord du canal de Sicile, en générant une intense activité orageuse sur la Sicile. La dépression libyenne (D) reste active, sur place, prolongée par un thalweg. Toute la région est dominée par une forte instabilité

Vers la table des chapitres

3.2 Emergence de la dépression libyenne

  • le 13 septembre 006Z
    MPEG4 - 2.3 Mo
    Vidéo

Commentaire : La situation évolue peu. Le thalweg d’altitude (L) positionné en peu plus au sud se trouve maintenant au nord du canal de Sicile, en générant une intense activité orageuse sur la Sicile. La dépression libyenne (D) reste active, sur place, prolongée par un thalweg. Toute la région est dominée par une forte instabilité
La situation reste instable avec des indices CAPE élevés (>2000) sur la partie maritime de la dépression libyenne. Cette dépression alimentée par de l’air chaud et sec saharien alimente de nombreux orages et probablement des tourbillons avortant leur développement. L’œil de cette dépression est toujours visible sur les GFS.


  • le 13 septembre 012Z
    Commentaire : Pour XyGrib et les GFS, la dépression libyenne (“D”) se concentre à terre, en bordure du golfe de Syrte. Ce que confirme les analyses de Wetter3.de (“T” isolé dans une boucle de pression à 1015 hPa), confirmé aussi par les analyses de surface qui indique un creusement à 1011 hPa (-2 en six heures). Sur la Sicile le thalweg (“L”) se concentre, en générant une forte instabilité et de nombreux orages..

Vers la table des chapitres

3.3 Tentatives avortées

  • le 13 septembre 018Z
    MPEG4 - 4.5 Mo
    Vidéo

Commentaire : Entre le 13 à 18 heure, et le 14 à 18 heure, le système reste extrêmement instable, trop peut-être pour amorcer convenablement un medicane. La dépression d’altitude (“L”) se dirige vers les eaux chaudes du golfe de Syrte. La dépression libyenne (“D”) se creuse encore, tout en restant à terre. Le tout bien décrit par nos 4 paramètres. Le 14 à 18 heure, les deux centres dépressionnaires seront proches de l’alignement, alors… la maturation du medicane pourra commencer… C’est aussi l’époque où le modèle GFS commencera à produire une prévision de route et d’impact qui se révèlera fiable à terme.

  • le 14 septembre 000Z
  • le 14 septembre 006Z
  • le 14 septembre 012Z

Vers la table des chapitres

3.4 Maturation du medicane

  • le 14 septembre 018Z
    MPEG4 - 5.4 Mo

Development mechanisms for Mediterranean tropical-like cyclones (medicanes)
Mario Marcello Miglietta, Richard Rotunno


JPEG - 31.8 ko
JPEG - 17.3 ko

Commentaire : Du 14-18Z au 15-18Z les conditions de déclenchement du medicane se réunissent :

présence de goutte froide en altitude
alignement des valeurs faibles des pressions au sol et des altitudes géopotentielles à 500 hPa
présence de pente barocline des températures en altitude
présence d’anomalie des θ-e en altitudes
absence de cisaillement dans la colonne d’air
présence de saturation d’humidité relative
présence d’une anomalie des Potentiels Vorticity en altitude (300 hPa)
présence d’un jet stream à droite de la dépression

  • le 15 septembre 000Z
  • le 15 septembre 006Z
  • le 15 septembre 012Z

Vers la table des chapitres

3.5 Période mature du medicane

Une fois constitué, et la date comme le point d’impact définis, il faudra contrôler la route du médicane, au mieux de la définition spatiale et temporelle proposés par les systèmes de modélisation. Plusieurs comparaisons doivent permettent cette critique historique. Si, on se place à Impact – 72 H, c’est-à-dire le 15 à 06Z, on dispose pour ce cas de Ionas.

MPEG4 - 12.7 Mo
Vidéo
modèle maillage/calcul maillage/édition màj/24 H pas horaire latence horizon données d’altitudes
GFS 13 km 23 km 4 6 H 12 H 240 H oui
ICON.EU 7 km 7 km 4 1 H 12 H 120 H non
WRF 4 km 4 km 1 1 H 18 H* 48 partiel

Ndlr : * latence des WRF voir note [8]
On note en particulier le paroxysme d’effondrement de la pression MSL : 10 hPa en 6 heures le 18 à 00Z.

  • le 15 septembre 018Z
  • le 16 septembre 000Z
  • le 16 septembre 006Z
  • le 16 septembre 012Z
  • le 16 septembre 018Z


Vers la table des chapitres

3.6 Impact et période d’extinction du medicane

Commentaire :

MPEG4 - 9.7 Mo
Vidéo
JPEG - 111.2 ko
Température SST source : Poseidon

Si, dès le 16, le medicane est constitué et son impact est prévu pour le 18 à 06Z sur Céphalonie d’où après une courte réanimation au large, il fera route vers le sud, épargnant le Péloponnèse et la Crète, il ne faut pas sous-estimer les risques post cycloniques. Pour preuve cette cicatrice thermique SST le 21, plus de 48 heures après l’impact.
C’est une chance qu’après l’impact, le cyclone ait suivi la route S/SE comme l’indiquait les GFS, sur une zone dépeuplée maritimement parlant. On n’ose pas imaginer la massacre potentiel, s’il avait suivi une route NW vers Preveza et de Lefkas, à moins de 30 milles du point d’impact, avec leurs milliers de bateaux entassés...

JPEG - 160.7 ko
17/09/2021 18Z
Impact H-12
JPEG - 156.9 ko
18/09/2021 18Z
Impact H+12
JPEG - 158.7 ko
19/09/2021 18Z
Désintégration du système H+36
JPEG - 156.8 ko
20/09/2021 12Z
Fin du medicane H+54

Vers la table des chapitres

3.7 Etudes des analyses prévisionnelles

Estofex
JPEG - 76.5 ko
JPEG - 76.8 ko
JPEG - 75.3 ko
JPEG - 74.9 ko
Analyse du 16 06Z
Analyse du 16 18Z
Analyse du 17 à 06Z
Analyse du 17 à 18Z
Trajectoire de prévision et évolution de l’intensité basée sur un consensus de modèles de prévision GFS, ECMWF et ICON. Les modèles divergent ICON dirige le cyclone vers le NW, ECMWF vers le Péloponnèse et que GFS au large puis au SE GFS et ECMWF déplacent le cyclone en direction du sud et, au large. ICON, plus au nord, dissipe le cyclone à terre. GFS insiste l’écarte des terres, toujours actif, vers le sud. ECMWF l’affaibli vers le sud, ICON, le dissipe complètement.

Estofex, en mixant les prévisions des modèles, présente plus un ajustement actualisé, qu’une analyse des risques de développement. Ils relèvent cependant la lacune prévisionnelle des ICON.EU prévoyant l’extinction du medicane le 18 sur Astakos (ouest Grèce). En mélangeant les prévisions des modèles GFS (qui se révèleront précises) avec celles des ECMWF, et des ICON.EU, il ne fourniront que des informations abâtardies.

Severe Weather Europe

Plus axé sur la prévention, ce groupe de chercheur fournira, dès le 15 (Impact J- 3), des informations tirées d’analyses fiables.
  • Présence d’une dépression peu profonde d’altitude (thalweg ou goutte d’eau) traversant le sud de la Méditerranée vers la mer Ionienne et la Grèce
  • Présence d’une dépression de surface sur la Libye
  • La prévision de température au niveau de 850 hPa indiquant les caractéristiques classiques des cyclones à cœur chaud
  • La présence de températures de la mer élevées, voir note : [9]
  • Ils relèvent aussi la solidité des prévisions GFS voir note : [10]
  • Prévisions confirmées le 17 (impact J Ianos po-1) sur des analyses récoltées le 16 voir note : [11]
Les services météo internationaux

Peu suivi par les média et les organisations météorologiques mondiales, le medicane Ianos, est un cyclone subtropical méditerranéen (medicane) qui a frappé la Grèce les 17 et 18 septembre 2020. C’est la Grèce qui a attribué au système le nom Ianos (Ιανός), parfois francisé en « Janus », tandis que le service météorologique allemand a utilisé le nom Udine donné par l’université libre de Berlin, les Turcs ont utilisé Tulpar et les Italiens Cassilda. Cette multiplicité de noms traduit bien l’inefficacité de la prévention de ces phénomènes.
Les services météo grecs n’ont déclenché l’alerte que la veille de l’impact, assez pour sécuriser les pots de fleurs, mais bien trop tard pour les voiliers, nombreux en mer Ionienne à cette époque de l’année. Pourtant, le site officiel météo grec, ne pouvait pas ignorer le risque, comme le montre la vidéo jointe, issue des services du HCMR (Hellenic Center for Marine Research), dont le modèle montrait le risque dès le 15 à 21Z. Au résultat, les plaisanciers insuffisamment renseignés subiront des vents de plus de 70 nds et des vagues de plus de 5 mètres, causant des dégâts importants dont le naufrage de dizaines de bateaux, comme le montre la photo jointe dans le port d’Aghia Eufimia sur l’île de Céphalonie.

  • Prévisions HCNR, voir la vidéo :
    MPEG4 - 4.3 Mo
    Ianos 09/2021
    Prévisions du HCMR

Vers la table des chapitres

3.8 Etude des différentes modélisations du medicane Ianos

JPEG - 57.9 ko
Prévisions GFS
JPEG - 50.3 ko
Prévisions ICON.EU et Arpège
JPEG - 44.8 ko
Prévisions OpenWRF

Vers la table des chapitres

4. Annexes

4.1 Contrôle de faisabilité avec le cas du medicane Zorbas (sept 2018)

A) Situation

Le 21 septembre 2018, deux plaisanciers naviguant en Mer Ionienne, relèvent une prévision de risque medicane pour le 28, grâce au Logiciel Windy, utilisant le modèle GFS. Le suivi en historique, avec XyGrib et GFS 0,25° mettra ce risque en évidence, et en particulier l’alignement d’une dépression d’altitude (thalweg ou goutte froide) sur une dépression au sol issue du désert libyen (les 6 photos de droite).

JPEG - 111.6 ko
Information du 21 pour une prévision au 29/09/2018


Alignements “ L ” et “ D ” réels le 27/09/2018

B) Reconstitution

En utilisant les mêmes critères d’analyse que ceux décrits pour le médicane Ianos

  • le 26 septembre 2018 12Z
    Commentaire : On voit bien sur l’écran XyGrib, la position du thalweg “ L ” et son développement sur la Grèce continentale, depuis la Bulgarie à l’altitude géopotentielle 500 hPa. A l’Est du golfe de Syrte, se développe, et à terre, une dépression de basse altitude “ D ”. Confirmé par les critères Wetter3.de, MetOffice et l’imagerie satellite. A J-3 de l‘impact, les conditions d’un médicane, sont réunies.
  • le 27 septembre 2018 12Z
    Commentaire : Le thalweg “L” et la dépression libyenne se rapprochent. En trouvant de l’humidité sur les eaux chaudes du golfe de Syrte, la dépression d’origine terrestre “D” se creuse. Confirmé par tous les critères
    On note aussi l’information précieuse fournie par l’analyse de surface : un front progressant vers l’ouest, encadré de deux thalweg, dans le golfe de Syrte. 1032 hPa sur le nord Adriatique et 1007 sur le golfe de Syrte, soit un gradient de 25 hPa sur 700 milles, ça risque d’être sévère…
  • le 28 septembre 2018 12Z
    Commentaire :L” et “D” s’alignent, la dépression se creuse (baisse de 13 hPa en 24, elle trouve les condition favorables à la constitution du medicane
  • le 29 septembre 2018 12Z
    Commentaire :Impact

Vers la table des chapitres

4.2 Autres outils Complémentaires


  • 4.2.1 Recherche de cisaillement du vent
    L’absence de cisaillement des vents, est un préalable essentiel au développement d’un medicane. Pour amorcer la convection, les vents doivent souffler dans le même sens à toutes les altitudes. Exemple joint pour cette analyse de sonde de synthèse (GFS simule un sondage).
    • XyGrib peut charger les GFS en y intégrant les valeurs des Skew-T (profil thermique de l’atmosphère) dans les données d’altitude. C’est un peu lourd, mais leur lecture propose de multiples renseignements, dont les températures potentielles et les adiabatiques.
      • justement l’étagement des vents en force et en direction.
      • mais aussi la figuration des courbes du point de rosée, donc du taux d’humidité potentielle, et du comportement de la courbe d’état des températures.
Si dans un premier temps, cette lecture peut paraitre complexe, très vite on en tire des enseignements précieux. Les pratiquants du vol à voile et du parapente, sont familiers de ces notions.

Vers la table des chapitres

  • 4.2.2 Recherche de l’état de température de la mer (SST)
    • Pour les dernières études parues, la température de l’eau de mer, ne serait pas déterminante dans la création d’un medicane. C’est l’écart de température entre la dépression d’altitude (Thalweg ou goutte froide) et le niveau de la mer qui est prépondérant. Une eau chaude est un facteur aggravant, ainsi, si la température de l’eau dépasse ponctuellement les 25-26°C, celle-ci peut développer une énergie convective importante à la base d’une masse d’air chaude et humide, alimentant ainsi un système dépressionnaire. La recherche de l’état de la température SST (Sea Surface Temperature) peut s’effectuer de deux façons :
      • en utilisant le logiciel complexe de My Ocean Marine Copernicus, capable de traiter différents niveaux d’eau, en temps réel, mais aussi en historique
      • Le module SST de poseidon.hcmr.gr permettra aussi une remontée d’information fiable quoique simplifiée

Vers la table des chapitres

4.3 Liens utiles

[1] donc de pression

[2] Thêta-e, ou température potentielle équivalente est un paramètre complexe permettant de mesurer la température d’une parcelle d’air à laquelle on aurait enlevé toute sa vapeur d’eau, par un processus adiabatique, et qu’on aurait ramené au niveau de pression de 1000 hPa (ou 1000 mbar).

[3] PVU (Potential Vorticity Unit) Altitude géopotentielle de la 1.5PVU et 2PVU. Or il se trouve que la tropopause dynamique est la surface correspondant à une valeur du tourbillon potentiel égal à 1,5 ou 2 PVU, limite entre l’air troposphérique et l’air stratosphérique. L’état de la tropopause est un préalable à toute prévision, si elle est trop basse on peut parler d’anomalie de tropopause.

[4] 500 hPa est le niveau moyen de la troposphère (+/- 5500 m), indicateur pivot par excellence

[5] http://www.meteofrance.fr/publicati... Le comportement naturel des fluides — mouvement, évolution de grandeurs telles que la pression, la température... ou de phénomènes tels que le frottement, la turbulence... — est soumis à des lois complexes, et au-delà de situations par trop élémentaires, l’étude ou la prévision de ce comportement en conditions réelles ne peuvent être menées que grâce à une opération appelée simulation , qui en reproduit les traits essentiels dans un contexte simplifié. Deux méthodes proposent un tel contexte : l’une, analogique, consiste à reconstituer et observer à échelle réduite le comportement du fluide dans un cadre matériel comparable à son cadre naturel (par exemple dans une veine hydraulique), en recourant éventuellement à un fluide différent, mais en respectant certaines contraintes physiques auxquelles obéit le comportement que l’on cherche à simuler ; l’autre méthode, numérique, reprend les lois physiques de comportement du fluide et en déduit sur une suite d’instants programmés les valeurs et les phénomènes caractéristiques de ce comportement, qu’elle détermine en résolvant de façon approchée, sur un calculateur, le système d’équations constitué par l’écriture mathématique de ces lois, préalablement simplifiées et inscrites dans un cadre imposé de description initiale et de pourtour spatial.

[6] Pertinence des ECMWF : du moins pour les modèles gratuits

[7] si l’affichage se fait à l’échelle de 0,25° soit environ 25 km, pour économiser les bandes passantes, la précision du calcul de modélisation se fait à celle de 13 km, ce qui nous concerne pour le suivi des risques médicane

[8] La latence des WRF comprend le temps nécessaire au recalcul des données GFS qui leur sert de base, plus la latence native de ces GFS, soit en général 18 heures (12 + 6). Le données disponibles à 06Z, par exemple, correspondent à un calcul initial des GFS la veille à midi.

[9] plus les points de rosée sont élevés plus ils peuvent fournir l’énergie pour alimenter les tempêtes

[10] Les modèles mondiaux CMC et GFS font tous deux allusion à une formation de cyclone à noyau chaud (asymétrique), voyageant du sud de la Méditerranée à travers la Grèce et retournant vers la Méditerranée orientale cette semaine.

[11] Publié : 17/09/2020 Par : Auteur Marko Korosec Catégories Archives de discussion à mésoéchelle : Les directives du modèle appellent maintenant la médecineurrait devenir l’un des cyclones de type tropical méditerranéen les plus puissants jamais enregistrés. La pression centrale minimale devrait chuter à près de 980 mbar, avec des vents soutenus atteignant la force d’un ouragan de catégorie 1. Les pics de rafales pourraient dépasser 200 km/h, par conséquent, un impact sévère est probable pour l’ouest de la Grèce cette nuit jusqu’à vendredi matin. D’énormes quantités de précipitations entraîneront des crues soudaines dangereuses.

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales