image
image
image

Votre IP : 3.236.83.14
Dernier ajout : 16 juin
Visiteurs connectés : 16

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Forum technique > L’électricité à bord -forum- > Panneau solaire > Panneau, régulateur et batterie

Rubrique : Panneau solaire

__________________________________________________________________________________________________________________

Panneau, régulateur et batterieVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié 30 mai, (màj 30 mai) par : Patrick Coutin  image   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail Inscrit aux forum vous pourriez transmettre cette page à un ami plaisancier

Bonjour, à toutes et tous.

Y aurait il une manière simple (Je veux dire pour les pas très doués en Watt,Volt A et Ah...) de vérifier ou concevoir la cohérence d’un système solaire.
Par exemple :
Batterie Z Ah = Régulateur Y = X watts de panneau.

et que ça fonctionne dans le sens =

X Watts de panneau = Régulateur Y = Batterie Z

Car la difficulté dans un bateau, c’est de pouvoir trouver ce qui rentre et ou. Tout en étant cohèrent.
Pas la peine d’avoir 1000 Ah de batterie si il n’y à que 150 watts de panneaux.

Merci et amitiés. Patrick Coutin

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

4 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • 31 mai 08:03, par PeeF écrire     UP  image

    On procède par itération
    Partir des besoins sur 24h, ce qui donne la capacité des batteries nécessaires. Les 2 postes importants sont la consommation du pilote et celle de l’éventuel réfrigérateur.
    Ce qui conduit à une surface de panneaux solaires produisant l’énergie pour recharger les batteries (dans la mesure ou 100% de cette recharge doit être assurée par le solaire), mais la surface de panneaux solaires ainsi obtenue dépasse souvent la place disponible sur le bateau.
    Il faut donc soit réduire ses prétentions de consommation, soit admettre que la recharge des batteries de servitude doit être en partie assurée par d’autres moyens (chargeur, alternateur moteur, éolienne, hydrolienne). Ce qui débouche sur l’usage du bateau tout entier, temps passé au port, ensoleillement, puissance des matériels de recharge installés etc.
    Une fois tous ces principes équilibrés, les possibilités techniques figées, dans un cadre qui reste mouvant (ensoleillement, vitesse du vent et du bateau, combustible disponible ...), on peut déterminer la puissance maximale admissible du système solaire.
    Les capacités du régulateur solaire dépendent directement de la surface de panneau installée, par prudence, utiliser une puissance au moins 1.5 fois la valeur Wc des panneaux.

    Répondre à ce message

  • Bonjour, Merci pour cette explication. Je répond en public pour que d’autres que moi puissent profiter de ce fil.

    La difficulté effectivement commence lorsqu’on essaye de mettre en adéquation la consommation avec la place dont on dispose pour les panneaux et les batteries... (Je ne parle même pas d’ensoleillement)... Et le budget.
    Lorsque vous préconisez pour le régulateur ’d utiliser « une puissance au moins 1.5 fois la valeur Wc des panneaux » est ce que vous parlez de ce que les fabricants (Victron par exemple) appellent la puissance nominale PV ?

    Ce qui voudrait dire : Panneau de 100 WC = Régulateur acceptant 150 Watts sous 12 V ?
    et donc : Panneau de 500 WC = Regulateur acceptant 750 Watts sous 12 V

    Apres quoi que viennent faire les Ampères et « le courant de charge nominale » ? Cela à a voir avec la batterie ?

    Amicalement. Merci.
    PC

    Répondre à ce message

  • 1er juin 08:57, par PeeF écrire     UP  image

    Pour la puissance admissible du convertisseur, c’est bien ça.

    Sur les installations « terrestres »où on essaie de faire durer les équipements autant que possible pour tenir les promesses d’amortissement financier, le coef. « de sécurité » peut passer à 2. les panneaux peuvent durer de 20 à 25 ans et il est souhaitable que l’onduleur suive.

    Pour ce qui est de la manipulation de la puissance, du courant et de la tension, la formule de base est :
    P (watt)= U(volt) x I(ampère).

    La puissance étant proportionnelle à U et I, et dans le cadre de l’utilisation d’une tension (a peu près) fixe, ici 12v, il est d’usage pour les batteries type voiture de ne parler que des Ampères ou Ampères heures.

    On parle ainsi d’une batterie 12v de 100Ah par ex. et capable de délivrer un courant instantané de 200A sur une courte période pour démarrage. On pourrait très bien dire, batterie de 100Ahx12v= 1200Wh.
    On retrouve cette notion dans les accumulateurs de véhicules électriques ou les Kwh sont utilisés ainsi que les consommations en Kwh par 100km. Chaque constructeur utilisant sa propre tension, de 48 à 600v, la comparaison à partir de la seule valeur en A n’aurait pas de sens.

    Pour les batteries de servitude on parle de C=XX ampères délivrées à C/5, C/10 etc. soit le courant possible pendant 5 ou 10 heures. Ces chiffres sont théoriques puisqu’on ne va jamais vider un accumulateur à 100%. Les fournisseurs précisent quel est le nombre de ré-emploi (cycles) possibles en fonction du niveau de décharge, par ex 400 cycles à 50% de décharge.

    Sur le site Victron, on peut consulter les modes d’emploi des gestionnaires de batterie (BMV) qui expliquent clairement toutes ces notions et plus. Sans vouloir faire de la pub, il est assez rare de trouver des documents aussi complets et surtout aussi bien traduits.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales