image
image
image

Votre IP : 3.230.144.31
Dernier ajout : 19 septembre
Visiteurs connectés : 5

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Articles > Mouillages et ports > Grèce > Mer Ionienne > Le chenal d’Ithaque

Rubrique : Mer Ionienne

__________________________________________________________________________________________________________________

Le chenal d’IthaqueVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié 30 juillet, (màj 3 août) par : yoruk   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail Inscrit aux forum vous pourriez transmettre cette page à un ami plaisancier

Cet article étant géolocalisé localement, validez OK ci-dessous convient.

Le chenal d’Ithaque

“Grèce”/ mer Ionienne/Le chenal d’Ithaque

La magie grecque, sur les traces d’Ulysse, on s’y était déjà penché : https://www.plaisance-pratique.com/...

Alors, la magie prend : ha oui... voilà ma trace, ha oui, c’est bien çà, j’y suis passé...

  • Daskaleio Island, c’est la mythique île d’Asteris, là où les prétendants à la main de Pénélope auraient tendu un piège à Télémaque
  • En Face, Doulicha cove, c’est la Doulichion (actuelle Céphalonie), partie du royaume d’Ithaque
  • et sur Ithaque : Polis Cove, c’est la première halte présumée d’Ulysse, arrivant de Corfou

APPROCHE

Aujourd’hui raccourci entre Levkas et Zante, le chenal orienté au NW en plein dans l’axe du vent dominant en été, bordé des très hautes montagnes de Cephalonie (Le mont Aenos le point culminant des Mégas Sorós à 1628 m) et celles d’Ithaque (800 m) peut générer l’après midi en été, des rafales vicieuses et violentes.

Le mont Aenos le point culminant des Mégas Sorós

3 bons ports sur Céphalonie, du nord au sud

Peu de choses la côte d’Ithaque, comparé à la côte de Cephalonie : Polis Cove [1] et O. Pis’Aitou port dédié aux ferries d’Ithaque, malcommode pour nos bateaux. Par mauvais NE, Polis cove peut être une alternative à Fiscardo.

Sur la côte orientale de Cephalonie, entre Fiscardo et Ag Eufemia, plusieurs belles baies, bien indentées offrent de bons mouillages forains.

SITUATION

Entre Céphalonie la plus grande et la plus montagneuse des îles Ioniennes, et Ithaque non moins montagneuse, le chenal d’Ithaque permet de joindre Zante, la plus méridionale des Ioniennes au canal de Lefkas, en évitant l’exposition au vent dominant des côtes orientales de ces îles. on trouvera :

  • Syracuse à 265 milles
  • Crotone à 165 milles
  • Corfou (dont le “trou à Cyclone” de Valtou) à 75 milles
  • Lefkada (dont le mouillage “tout temps” de Vlychos) à 30 milles
  • Astakos à 30 milles
  • Patras à 56 milles
  • Zante à 40 milles

Et “intra muros”, on trouvera :

  • Sami à 8 milles
  • Poros à 15 milles
  • Argostoli (la capitale de l’île) à 46 milles, en contournant par le sud.

CONDITIONS MÉTÉOROLOGIQUES

JPEG - 121.7 ko
Aghia Euphemia 18/09/2020

En été, à l’abri du meltem égéen, les vents dominants seront de NW, généralement modérés, se levant en fin de matinée, et se renforçant localement par des thermiques puissants canalisés par de profondes vallées, qu’il faudra veiller.

Si les ports et mouillages sont correctement protégés des vents dominants de NW, les coups de vent de S à NE les rendent vite intenables, et il faudra anticiper ces situations, les solutions de repli étant éloignées : soit Argostoli, mais il faudra contourner toute l’île par le sud, ou, plus proche à Vathy en Ithaque.

Il faudra aussi en automne surveiller les risques d’orages, fréquents sur cette zone. Ils peuvent être destructeurs.

Sa situation en proximité du Golfe de Syrte, et la configuration de la Mer Ionienne, en fait la cible de cyclones subtropicaux méditerranéens (ou médicane), phénomènes météorologiques dévastateurs en septembre et octobre. Les deux derniers, en septembre 2018 et 2020 ont provoqué de nombreux naufrages, accompagnés de dégâts catastrophiques à terre. Voir : https://www.plaisance-pratique.com/...

Peu de courant de surface, généralement levé par le vent, il peut atteindre de 0,5 à 0,8 nds générant entre Cephalonie et le golfe de Patras un vortex dont certains segments peuvent s’orienter contre le vent. voir les exemples ci dessus :

JPEG - 95.4 ko
Chenal Ithaque : influence du relief
JPEG - 69.4 ko
Courant le matin
JPEG - 92 ko
Courant + vents le matin
JPEG - 73.6 ko
Courant ap-midi
JPEG - 96.2 ko
Courant + vent ap-midi

PORTS SUR CETTE ZONE

2 ports sur Kefalonia

  • au nord : Fiscardo
  • au sud : Ag Euphemia

2 ports sur Ithaque

  • au nord un petit port de barques : Polis
  • au sud un quai essentiellement dédié au ferries : O. Pis’Aitou
Les ports sur Ithaque
JPEG - 73.6 ko
Pis Aetou et trace
JPEG - 59 ko
Pis Aetou Navionics
JPEG - 87.1 ko
O. Polis
JPEG - 61 ko
Polis Navionics

O. Polis 38°26’11N 20°38’14E
Une grande baie du côté NW d’Ithaque. On mouille au large de la plage ou en passant une longue ligne à terre dans le coin nord-ouest. Les fonds descendent très vite, vous devrez donc ancrer par 10-25 m. Avec la brise de l’après-midi qui souffle sur le canal entre Céphalonie et Ithaque, cela peut être inconfortable ici, mais généralement tenable. Les vents du sud soufflent directement dans le mouillage. La taverne ouvre en été. Un câble sous-marin part du port le long du centre de la baie. Une zone de baignade est aussi à respecter, en observant les panneaux restreignant l’ancrage.

O. Pis Aitou38°20’93N 20°41’03E
Port miniature et un quai de ferry. C’est le principal port de ferry pour Ithaque, avec des liaisons vers Sami sur Céphalonie et vers Astakos. Bus pour Vathi. Aucune facilité de mouillage, et de nombreux câbles sous-marins.

Les ports sur Cephalonie

Fiscardo

JPEG - 168 ko
Orientation en regardant vers l’ouest
JPEG - 109.7 ko
Pour Navionics, le port et les deux baies adjacentes

Fiscardo, est très prisé, port de charme ayant survécu au séisme de 1953, on y trouve de belles maisons aux couleurs vénitiennes, sous des frondaisons rafraichissantes. Très italienne, et envahie d’italien en juillet et août, qui s’y sentent chez eux.
Difficile d’y trouver une place, même tôt dans la journée. Vous y verrez en particulier des motor-yachts tournant dans le port, la main sur la manette des gaz, prêts à bondir si une place se libère. Néanmoins on peut quand même se loger arrière ou étrave à terre, en mouillant une ancre :

  • Sur le quai sud, face aux tavernes, c’est le plus recherché. Vous pourrez négocier de l’eau et de l’électricité, ambiance de feu… mais ne comptez pas dormir
  • sur le quai ouest près des restaurants, là aussi ne comptez pas dormir, cerise sur le gâteau, peu d’eau, ballast au quai, et salade d’ancre garantie. C’est là où les bateaux de promenade locaux embarquent, c’est aussi là où j’avais trouvé une place en me battant avec les bateaux d’une flottille… Très, très grosse ambiance !!!
  • Toujours sur le quai ouest, un peu plus au nord, jusqu’au quai d’embarquement des ferries, un ponton débordant le ballast du quai a été installé. Une vingtaine de place, sur ancre, arrière ou étrave à terre. MàJ : depuis 2016, ce ponton flottant a été démonté, mettant cette partie de quai à disposition des seules barques et semi rigides.
  • Les mouillages :
    • pas assez d’eau dans l’angle NW
    • On peut passer de longues (très) amarres à terre, mais il faudra mouiller long, car vous trouverez avec un vent dominant de NW vous prenant par la hanche
    • impossible de mouiller en baie, les deux criques au sud manquent de place et la mauvaise tenue des fonds impose de passer des amarres à terre…
JPEG - 135.8 ko
La belle plaisance
JPEG - 128.5 ko
La côte Nord
JPEG - 151 ko
Angle SW
JPEG - 176.9 ko
Le quai sud
JPEG - 192.8 ko
Quai Ouest

Ag Eufemia

JPEG - 166 ko
Ag Eufemia et son thalweg
JPEG - 68.9 ko
Pour Navionics

Ancien port principal de Cephalonie, détruit par le tremblement de terre de 1953, Ag Eufemia est sous l’influence d’un thalweg traversant l’île de part en part, exactement orienté au NW dans l’axe des vents dominants. Cette vallée d’une altitude de 150 à 200 m, est encadrée de montagnes culminant à 800 m au NE et à plus de 1000 m au SW. Pelée, minérale, elles est sensible aux thermiques, générant des vents violents de NW dans l’après midi. Beaucoup plus dangereux, les coups de vent de SE, accélérés aussi par cette vallée, peuvent lever une mer très forte, comme ce fut le cas pour le medicane de septembre 2020.

  • Les bateaux s’amarrent sur ancre et arrière à terre sur le long quai nord, et de part et d’autre de la jetée (120 m). Si la face ouest de cette jetée est viabilisée, sa face externe présente un brise-mer difficile d’accostage.
    • L’axe des lignes de mouillage de la jetée croise à 90° celui des bateaux mouillés au début du quai nord, créant un risque certain de confusion. Les marins de la société gérant le port, vous indiqueront à la VHF comment mouiller.
  • On peut mouiller en rade, là aussi en veillant aux lignes de mouillage des bateaux du quai nord.
    • La remontée des fonds limite les facilités de mouillage, et la rade intérieure sera vite pleine, obligeant les bateaux à mouiller en forain à l’extérieur de la jetée.
  • Le Harbour master gérant le port, bien organisé, peut réserver des places, ce qui fait le bonheur des sociétés de location et des flottilles, omni présentes et souvent d’un voisinage pénible. Contre partie, ces autorités vous assisteront à l’amarrage.
JPEG - 182.6 ko
Mouillage forain à l’extérieur
JPEG - 345.1 ko
Entassement quai nord
JPEG - 367.5 ko
Entassement en rade
JPEG - 348.9 ko
Equipement quai nord

MOUILLAGES FORAINS POUR CETTE ZONE

Toute la côte NE de Cephalonie, entre Fiscardo et Ag Eufemia, offre une série de mouillages forains dans des criques bien indentées. Ils sont nombreux, pas tous accessibles, mais bien protégés des vents dominants de NW. Les fonds descendent très vite, obligeant à passer des amarres à terre. Sauf pour les criques proches de Fiscardo, elles sont généralement désertes, avec deux exceptions : Kalo Limani et Kakongilo, sur cette dernière, une ferme marine gâche un peu le paysage. Pour le reste la hauteur des montagnes, râpées et minérales, contrastant avec les vallées profondes et ombragées descendant jusque aux criques, donnent un aspect sauvage à un paysage millénaire, juste gâché par des essaims de guêpes, pas vraiment partageuses...
NDLR  : la dénomination des sites pose un gros problème... On pense que Dédale en était l’archiviste “lOl” !!!
Du nord au sud, pour les principaux mouillages :

Fiscardo : amarres à terre rive N, en mouillant long pour tenir le vente de travers. La remontée des fonds impose de s’éloigner de la rive avec de longues amarres. Par beau temps, on peut mouiller en forain à l’ouest des passes d’entée, mais on est exposé au vent dominant, sur des fonds de mauvaise tenue, remontant vite, avec le risque de gêner les ferries
38° 27’ 43.822’’ N 020° 34’ 41.381’’ E

Paralia Foki : amarres à terre, très fréquenté. La crique, 100 m x 300 m, orientée plein ouest est protégée des vents dominants. La crique bordée d’arbres, impose rapidement de passer des amarres à terre. La profondeur oblige à mouiller très long.
38° 27’ 08.000’’N 020° 34’ 44.000’’ E

Paliokaravo (mais aussi, Xylokaravo, selon certains guides ) : Petite crique étroite (moins de 200 m de long et 100 m de large). On y mettra peu de bateaux amarres à terre. Les fonds de sable et d’herbe sont bons. L’étroitesse de la crique permettra de poser l’ancre sur la rive opposée, pour trouver du sable et de bonnes profondeurs.
38° 26’ 36.000’’ N 020° 35’ 04.999’’ E

Evreti : adjacent Paliokaravo, plus profonde et plus austère, c’est aussi un lieu d’appontement pour les bateaux des Coast-guards.
38° 26’ 22.000’’ N 020° 34’ 59.000’’ E

Doulicha (ou Kamini, ou Daskalio selon certains guides) : c’est la plage mythique de ce chenal, face à l’île Daskalio (d’où l’erreur typographique des guides), face aussi à l’anse O.Polis sur Ithaque. La large baie (200 x 200 m) offre une bonne protection des vents dominants (NW), mais les fonds descendent très vite. La vallée profonde, dans l’axe de la baie doit générer des rafales. Fond d’herbes et de sable tenant correctement.
38° 25’ 40.18’’ N 020° 35’ 19.025’’ E

Kagogilos (ou Kakongylos) : grande baie, occupée en partie par une ferme marine. On peut mouiller dans l’anse située au NW de la ferme marine.
38° 24’ 18.000’’ N 020° 35’ 48.000’’ E

Xylokaravo (ou Skidi, ou “inconnue” selon les guides) : Petite crique, peu de place, il faut passer des amarres à terre
38° 23’ 25.015’’ N 020° 36’ 38.601’’ E

Ag Gerasimos : petite crique, peu de place, mouillage de beau temps
38° 22’ 48.997’’ N 020° 36’ 53.000’’ E

Kalo Limani (ou Ag Sofia selon son vrai nom) : grande baie, habitée. On peut passer des amarres à terre, soit à un petit quai rustique, soit à la berge en allongeant les amarres. C’est la halte la plus civilisée de cette côte, entre Fiscardo et Ag Eufemia.
38° 22’ 21.000’’ N 020° 36’ 49.999’’ E

Note sur les lignes de sonde
Nativement manquant de fiabilité, issues de relèvements incertains, mises à jour très aléatoires des services hydrographiques officiels grecs (seuls les accès aux grands ports et les routes commerciales sont fiables), chamboulés en permanence par des mouvement sismiques modifiant les fonds, voir pour exemple cette roche photographiée après le tremblement de terre de 1953, qui avait vu une remontée des fonds de 60 cm, vous devez vous méfier des lignes de sondes reprises par des éditeurs de “cartes dites modernes”, si elles ne précisent pas en cartouche l’origine de ces cartes et leurs modifications. A ce titre, et ça peut faire hurler, les CM93 2013 dites “tombées du camion” sont plus fiables que les Navionics qui refusent d’indiquer leurs sources.
Néanmoins, les Navionics offre un élément d’analyse permettant de lever un doute avec leur option “SonarCharts”.

Si, cette option n’offre aucune sécurité absolue, issue soit d’une interprétation IA des lignes de sonde existantes, ou pire de relevé amateurs sans aucune garantie de fiabilité, elle offrent l’avantage par leur multiplicité, de pourvoir les vérifier et les contrôler avec votre sondeur (dûment étalonné, bien sûr).

Leur logique ou leur inadéquation vous fourniront des indications précieuses...

Exemple de SonarChart Navionics

Télécharger ce document, taille 737.3 ko Document (PDF – 737.3 ko)

Images d’archive (presque 20 ans !!!)

JPEG - 55.1 ko
Wasp Bay !!! (probablement O. Doulicha)
JPEG - 64.3 ko
Peut-être Xylokaravo
JPEG - 59.2 ko
Peut-être Ag Sofia

Images récentes

JPEG - 198.1 ko
Kalo Limani
JPEG - 221.5 ko
O. Xylokaravo
JPEG - 132.5 ko
Fiscardo - rive nord

GUIDES ET DOCUMENTS, LIENS UTILES POUR CETTE ZONE

RÉPARATIONS, ENTRETIEN, SERVICES

Réparations

  • à Fiscardo, sur les conseils de E Sinagra (vous pouvez vous recommander d’elle) : Alexander Kavvadias (Yanmar Fiscardo)
  • Sinon, vous pouvez vous faire dépanner depuis Lefkas, où le groupe Paleros marina Lefkas a mis en place un service de dépannage par la mer efficace (2018)
  • Peut être par la route, depuis Argostoli. Il faudra interroger Emmanuelle SINAGRA – Consule Honoraire de France. Qui vous conseillera, en particulier sur les risques d’immobilisation administrative du bateau, par des fonctionnaires zélés...

Entretien

  • Pas grand chose, à part un shipchandler moyennement accastillé à Ag Eufemia : Agia Efimia Chandler
  • Rod Heikell signale aussi un autre ship à Fiscardo

Services

  • Port d’entrée : rien ici, il faudra aller à Argostoli
  • Gazole : par mini tanker à Ag Eufemia, plutôt qu’à Fiscardo, mais aussi éventuellement à Argostoli, Poros et Sami
  • Gaz : dans la plus part des supermarchés
  • Eau : dans les restaurants de Fiscardo, si vous arrivez à trouver une place, sinon au quai nord d’Ag Eufemia, sur bornes payantes, sinon
  • Location de scooters : plutôt à Ag Eufemia, où vous pourrez lz bateau à quai dans de meilleures conditions qu’à Fiscardo
  • Approvisionnement : supermarchés et commerces à Fiscardo et Ag Eufemia
  • Transferts : soit par avion depuis Argostoli, sait par ferry depuis Fiscardo et des navettes vers tous les grands ports des îles ioniennes. Mais aussi depuis sami vers patras et ithaque, et depuis Poros vers kyllini

AMBIANCE

C’est là où le bât blesse :

  • Fiscardo, hors saison, sans bateaux de locations, sans motoristes italiens, sans flottilles... C’est un rêve. Le village, préservé, peint aux couleurs pétantes de Venise, est un must. En saison, ce peut être l’enfer, sauf si vous êtes venu pour ça, auquel cas, vous serez au paradis, mais... vous ne dormirez pas, mais peut être est-ce votre choix !!!
  • Ag Eufemia, tellement pratique pour l’approvisionnement, avec un long quai bien aménagé, doublé d’une grande rade accueillant les mouillages forains, attire en saison les flottilles et les bateaux de location, donnant au village péniblement reconstruit un aspect factice irréel... Hors saison, on retrouve un village traditionnel, halte pratique et décontractée.
  • Mais aussi, rappel de E. Sinagra : Sami, soit devant les restaurants du port soit un peu plus loin. En plein centre ville de cette petite ville de province dynamique avec tout l’approvisionnement et un ship sur la rue intérieure, proche du port, ce que je confirme, voir l’article déjà traité sur Sami
JPEG - 210.9 ko
Ag Eufemia... Mélanges...
JPEG - 91.7 ko
Turner à Ag Eufemia
JPEG - 771.8 ko
mouillage de charme à Skidi
JPEG - 164.8 ko
Fiscardo, couleurs vénitiennes
JPEG - 141.6 ko
Fiscardo, un autre style

HISTOIRE ET CULTURE

Le mythe

JPEG - 35.5 ko
Vu par D. Roux (2000)
JPEG - 45.1 ko
Vu par V. Bérard (1913)

Entre Ithaque et Céphalonie, on navigue éclairé des descriptions poétiques d’Homère, et le travail des hellénistes récents, beaucoup étant français : Victor Berard, Jean Cuisenier, Gilles Le Noan, mais aussi anglais : Robert Brittlestone et Tim Severin, tous des marins, à la recherche du point de chute d’Ulysse, arrivant de Corfou, de Télémaque, venant lui de Pilos. Tout récemment, Dominique Roux, photographe et historien de la photographie, marin lui aussi, en s’attelant aux descriptions de Victor Berard, a su nous montrer l’importance de l’îlot Daskalio dans l’espace homérique.

Remontés à leur bord, les prétendants voguaient sur la route des ondes et déjà, dans leurs cœurs, ils voyaient Télémaque accablé de leurs coups. Il est en pleine mer, dans la passe entre Ithaque et la Samé des Roches, un îlot de rochers, la petite Astéris devant les Ports Jumeaux avec leurs bons mouillages. C’est là que, pour guetter leur homme, ils s’embusquèrent.

(Odyssée IV 842-­848)

Il y a quelque chose de troublant, pour nous, marins modernes débordant benoitement l’îlot Daskalio, soit en serrant vers Polis Cove, côté Ithaque, soit vers Doulicha Cove côté Céphalonie.
Or, il s’agit de lieux mythiques, bien décrits par Homère :

  • les ports jumeaux (Odyssée, IV, 842-847) c’est Fiskardo, dans le nord-est de Céphalonie
  • le port sous le palais d’Ulysse (Odyssée, IV, 778-786) c’est Port Polis (ou Ormos Sarakinikou), sur Ithaque
  • Nisída Asterís (Odyssée, IV, 846) c’est l’îlot Daskalio, lui-même.
    note : [2]

Sans pour autant être totalement certain de l’origine de Doulichion, en grec Δουλίχιον, (Doulichium en latin) un lieu (probablement une île) non formellement identifié évoqué par Homère. Dès l’antiquité, diverses hypothèses pour sa localisation ont été proposées :

  • Les cartographies modernes situent Doulicha sur Céphalonie, ce qui correspond à la description qu’en fait Homère dans l’Odyssée, Ulysse la citant comme faisant partie de son royaume. Par ailleurs, Télémaque indique le nombre d’aristocrates venus de cette île et prétendant à la main de Pénélope : « De Doulichion il y en a cinquante-deux, des jeunes gens distingués que suivent six serviteurs. ». Son épithète homérique est « fertile en blé ». Autant d’indices prêchant pour son origine sur Céphalonie, toute proche.
  • Mais, le géographe Strabon l’identifie avec l’île qui est à son époque encore appelée Dolicha, l’actuelle Makrí.
  • L’érudit allemand Dörpfeld l’identifie à l’actuelle Leucade. note : [3]

Faites vos jeux… de toutes façons, vous naviguerez dans des eaux peu ordinaires, et, vous vous trouverez peut être, comme Télémaque, remontant le chenal d’Ithaque, à attendre dans la baie Port St André note : [4]... les bonnes conditions, non pas conseillé par Athéna note : [5] , mais par des gribs annonçant un mauvais NW....

l’Odyssée - Victor Bérard

Pour Bérard et Nissida Asteris
Le poète nous décrit cette manœuvre aussi bien pour le vaisseau qui ramenait Télémaque de Pylos que pour le vaisseau qui ramènera d’Astéris les prétendants. Ayant laissé Télémaque à Port St André, l’équipage a remonté le canal à la rame. N’ayant pas de voiles, leur navire, qui se cache sous la côte insulaire, a échappé aux guetteurs d’Astéris. Ceux-ci ne l’ont reconnu qu’au moment où il tournait l’entrée de Port Polis. Il était trop tard pour le couler : on les eût aperçus de la ville. Ils ont alors quitté Astéris-Daskalio et sont entrés à toutes voiles vers Port Polis, eux aussi. Les deux vaisseaux ont été tirés à la grève... Sur la carte marine, nous pouvons dessiner sans peine toutes les allées et venues, entrées et. sorties de bateaux, si nous plaçons à Port Polis la capitale odysséenne et si nous reconnaissons Astéris dans l’îlot Daskalio.

Les guetteurs de l’acropole de Polis ont donc besoin d’un complément pour surveiller les bateaux qui viennent du Sud, du Péloponnèse, de Pylos. D’ici, l’on comprend mieux la manœuvre des prétendants et l’installation de leur embuscade sur cet îlot que le poète nommait Astéris et que les Italiens nommèrent sans doute l’Écueil : “Scoglio”, d’où les Grecs actuels par un beau calembour ont dû tirer “Didaskalio, soit Daskalio, c’est à dire l’École” . Et d’ici, l’on comprend mieux encore l’intime relation qui, pour les gens d’Ithaque et les périples des navigateurs, unit cette roche basse et inhospitalière d’Astéris, tant aux collines éventées (ndlr : les vallées de la côte céphalonienne) qu’aux Ports Jumeaux de la côte képhalonienne. Derrière Daskalio, la côte de Képhalonie allonge sa haute échine, chargée de blancs villages et de moulins à vent ; dans l’échancrure de sa rade profonde, Viscardo tend son double mouillage.

Source : Victor Bérard, la résurrection d’Homère, volume 1, au temps des héros

Histoire

Connu depuis la préhistoire, ce chenal les a vu tous passer :

  • Céphalonie est mentionnée dans l’Iliade et l’Odyssée d’Homère qui l’appelle Samé
  • Hérodote au ve siècle av. J.-C. désigne l’île sous le nom de Képhallènia
  • Céphalonie s’allie à Corinthe contre Corfou lors de la guerre du Péloponnèse, puis l’île passe successivement sous domination athénienne, puis romaine (à partir de 187 avant notre ère)
  • Lors du partage de l’Empire romain en 395, Céphalonie échoit à l’Empire d’Orient, dit byzantin, auquel elle reste rattachée jusqu’en 982.
  • Elle est disputée aux XIe et XIIe siècles entre les Normands, les Grecs, les Vénitiens et les Pisans.
    • Le Normand Robert de Hauteville, surnommé Robert Guiscard, y meurt de dysenterie le 17 juillet 1085 au large de la baie d’Athéras alors qu’il essayait de conquérir l’île.
    • Son fils Bohémond de Hauteville réussit cette conquête et donne le nom de Guiscard (aujourd’hui Fiskardo) au village de Panormos, en l’honneur de son père.
  • L’île est brièvement occupée par les Normands de Sicile en 1147 puis reconquise par l’empereur byzantin Manuel Ier Comnène allié aux Vénitiens.
    • En 1185, le roi de Sicile Guillaume II de Sicile conquiert Céphalonie et la cède à l’amiral Margaritus de Brindisi, en le nommant comte Palatin de Céphalonie et Zante.
    • En 1194 Margaritus de Brindisi est remplacé par Matteo Orsini, son petit-fils par une de ses filles.
    • Lors du partage de l’empire byzantin au cours de la quatrième croisade, l’île est attribuée à Venise. La famille Orsini règne sur l’île jusqu’en 1324, puis est remplacée par la famille Tocco qui gouverne jusqu’en 1479.
  • L’île est conquise en 1479 par les Turcs avec à leur tête Gedik Ahmed Pasha.
  • Venise la reprend en 1500 en violant le traité reconnaissant la domination turque sur Céphalonie, et achève la conquête du Château Saint-Georges
  • En 1537 le sultan Soliman le Magnifique déclare la guerre à Venise, et un an plus tard, Barberousse, amiral des forces navales de Soliman, attaque Céphalonie, causant de graves dommages et asservissant 13 000 Céphalonites.
  • Venise conserve l’île jusqu’à sa défaite face aux troupes françaises du général Bonaparte, en 1797
    • La possession française des îles Ioniennes est officialisée par le Traité de Campo-Formio le 17 octobre 1797.
    • Les îles Ioniennes deviennent des départements, partie intégrante de l’État Français le 1er novembre 1797.
  • L’année suivante, une flotte alliée des Russes et des Turcs commandée par Fiodor Ouchakov conquiert les îles Ioniennes.
    • Le 21 mars 1800, à Constantinople, la République des Sept-Îles est fondée sous la souveraineté nominale du sultan, mais reste occupée par la flotte russe.
    • En 1802, à la demande des Céphaloniotes, des élections ont lieu dans l’île
  • Le 23 décembre 1803, les représentants démocratiquement élus sont chargés de la création d’une nouvelle constitution qui établira la “démocratie des îles Ioniennes” . Ioánnis Kapodístrias, qui deviendra plus tard le premier chef de l’État grec indépendant, est ministre de la République des Sept-Îles entre 1803 et 1807.
  • En 1807, avec le traité de Tilsit, les îles Ioniennes passent à nouveau sous domination française
  • en 1809 les Anglais occupent les îles
    • Le Traité de Paris (1814), place les îles Ioniennes sous protectorat britannique.
    • Une nouvelle série d’insurrections forcent la reine Victoria à annoncer des élections pour 1850, après quoi le premier Parlement sera établi.
    • Ce parlement sera de très courte durée, étant dissous lors de l’union des îles Ioniennes à la Grèce.
  • Le 23 septembre 1863, les députés ioniens sont dès lors allés siéger au parlement grec d’Athènes, le Parlement ionien votant en faveur de l’union avec le reste de la Grèce.

Le massacre de la division Acqui

Céphalonie a été occupée par les Italiens à partir de 1941. La population de Céphalonie a participé activement à la résistance et a lutté pour la libération du pays tout au long de la Seconde Guerre mondiale.

  • En septembre 1943, après la chute de Mussolini, les garnisons italiennes et allemandes en poste sur l’île s’affrontent.
    • Les Allemands avec à leur tête les SS de la division Prinz Eugen, vainqueurs, massacrent une bonne partie des prisonniers, dont 5 000 des 9 000 membres de la division Acqui.
    • Les forces d’occupation allemandes ont finalement évacué l’île le 10 septembre 1944.
  • Ce fait sera repris par une roman : “La Mandoline du capitaine Corelli” de l’écrivain britannique Louis de Bernières publié en 1993.

Le tremblement de terre de 1953

L’île a été presque complètement détruite par les violents séismes du 9 au 12 août 1953. Seul Fiscardo, un village à l’extrême nord, n’a pas été détruit. Il possède donc encore beaucoup d’édifices du XVIIe siècle.

  • Le séisme de 1953 à Céphalonie en Grèce, est une série de secousses dont la plus forte a été d’une magnitude de 7,2 le 12 août 1953 à 9 h 24 GMT. C’est le séisme le plus destructeur et le moins étudié du XXe siècle en Grèce. Il a dévasté les deux îles Ioniennes de la Céphalonie et de Zante. L’île entière de Céphalonie a de surcroît été affectée d’un mouvement de surrection d’environ 60 cm et son centre incliné vers l’ouest
    • L’aide internationale a été très importante, que ce soit pour porter les premiers secours, ou même ensuite pour aider à la reconstruction. Cette aide est venue en particulier des États-Unis, de la Grande-Bretagne, de la France, de la Suède et de la Norvège.
    • Par exemple le village d’Assos possède une place nommée place des Parisiens, sur laquelle se trouve une plaque indiquant que les habitants d’Assos remercient la ville de Paris pour l’aide apportée à la reconstruction du village.
    • Mais aussi l’architecte André Ravereau qui dès 1953, travaillera sur une commande de l’état français, peu de temps après son diplôme, ayant été désigné par le ministère des Affaires étrangères pour reconstruire deux villages en Céphalonie, dont Agia Efimia, ainsi qu’un bâtiment pour l’Alliance française dans la capitale de l’île. voir ce lien : http://www.aladar-assoc.fr/portfoli...
  • Inauguration de la rue André Ravereau à Agia Efimia
    Le mercredi 08 août 2018, reconnaissance de l’intervention française 65 ans plus tard, le Consul honoraire de France à Céphalonie Mme Sinagra Emmanuelle , l’Adjoint au Maire du Tourisme M. Vangelis Kekatos , l’adjoint au maire Mi. et la fille de l’architecte français, Mme Maya Ravéreau, inauguraient, la rue André Raveneau.
    Référence article : https://www.inkefalonia.gr/politism...

ndlr : si vous passez par là, pensez y... Il y a en France des talents... merci à eux

Crédit photo : inkefalonia.gr (pour l’article) et E.Sinagra (pour les photos récentes du port)



[1] Polis fera prochainement l’objet d’un article spécifique

[2] Daskalio entre Bérard et D Roux

[3] Sources Wikipedia ... et Wikipedia

[4] Port St André, c’est la baie au sud d’Ithaque

[5] Port Saint-­André s’ouvre à la pointe sud d’Ithaque et offre un abri aux navires qui ne peuvent remonter le canal. C’est là qu’Athéna conseille à Télémaque d’aborder pour échapper à l’embuscade des prétendants qui croisent dans les parages d’Astéris.

Il y a 1 documents disponibles.


1  
737.3 ko  
mouillages_du_chenal_.pdf
UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

2 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • 30 juillet 20:40, par yoruk écrire     UP Animateur

    sur les observations de E.Sinagra, de nombreuses approximations ont été mises à jour : sur la topographie, l’adresse d’un mécano à Fiscardo et moult détails... Merci à elle.

    Répondre à ce message

    • 3 août 08:44, par yoruk écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

      Toujours sur une intervention d’Emmanuelle Sinagra, je viens de mettre à jour le détail concernant le ponton flottant du quai ouest, démonté depuis 2017 (il était encore là en 2016). Seules les barques et les semi rigides peuvent y accoster. Il est probable que la position de ce ponton flottant, entre le débarcadère des ferries (ligne intérieures) et le quai des ferries, sur la rive nord, posait top de problèmes à la navigation commerciale.

      Sur la photo récente (elle est de moi en 2019), on voit bien le quai sans le ponton flottant, au nord du débarcadère des ferries...

      JPEG

      Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales