image
image
image

Votre IP : 3.227.235.216
Dernier ajout : 21 septembre
Visiteurs connectés : 5

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Grand Voyage > Turquie et Grèce > Courants du pont de Chalkis dans le golfe d’Eubée

Rubrique : Turquie et Grèce

__________________________________________________________________________________________________________________

Courants du pont de Chalkis dans le golfe d’EubéeVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié 30 mars, (màj 30 mars) par : yoruk   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail Inscrit aux forum vous pourriez transmettre cette page à un ami plaisancier

Mots-clés secondaires: sécurité , météo , cartographie Cet article étant géolocalisé localement, validez OK ci-dessous convient.

Courants et marées à Chalkis



ndlr Courants en Euripe, dans le golfe d’Eubée, à l’instar d’Aristote, je me jette à l’eau : tenter d’expliquer l’anarchie des courants de Chalkis
Remerciements : sy Lysigée pour ses conseils judicieux et ses corrections avisées

Table des matières

  1. Historique des études
  2. Position des scientifiques
  3. Analyses des guides de navigation
  4. Les constantes harmoniques
  5. Le bon sens des marins, et les courants dans le Golfe d’Eubée
  6. Conclusions


Chalkis, ou Kalkis, ou Calcis, voir negroponte, etc...

Source, de confusions voir note [1] le courant gravitationnel au pont de Chalkis a pour origine un cycle de marée.

Habituel en Manche et en Atlantique où l’on a l’habitude de voir s’inverser les flux tumultueux du flot et du jusant dans certains chenaux (passe d’entrée du Golfe du Morbihan, estuaires des fleuves et rivières, etc...), il surprend en Méditerranée où l’on ne rencontre que des marnages très faibles, générant de faibles courant gravitationnels, à l’exception de configurations côtières particulières, ce qui est le cas à Chalkis.


Up

Historique de l’étude du phénomène

Depuis l’Antiquité. Le phénomène de marée est remarqué par Hérodote dans la mer Rouge, et les Grecs avaient également noté les courants capricieux de certains détroits méditerranéens. Ils prirent pleinement conscience du phénomène en s’aventurant en dehors de la Méditerranée, au IVe siècle av. J.-C. (Pythéas en Atlantique, Alexandre le Grand en Inde). Un lien avec la position de la Lune est proposé par le même Pythéas, celui-ci se fondant sur ses propres observations ainsi que sur celles des Celtes de la côte Atlantique.

  • Aristote
    Le premier, à s’interroger sur ce curieux phénomène physique qui ne semble pas en relation directe avec le mécanisme des marées. Il avait énoncé le principe que «  la mer a des courants mais pas de secousses  », mais il savait aussi qu’il y a une fréquente oscillation dans un sens et dans l’autre. Cette oscillation, faible dans une grande mer, prend nécessairement une ampleur considérable dans un espace resserré. » Il comparait les changements de direction des vents à celui qui affecte l’Euripe. L’oscillation dont il parle et qu’il a observée dans les détroits correspond bien au phénomène connu sous le nom d’inversion des courants. Aristote est mort à Chalcis en 322 av. J.-C.
    JPEG - 161.2 ko
    Crédit photo : http://petzi.overblog.com/2017/06/c...
  • Strabon, Posidonios Eratosthène et Athénodore
    Au delà du phénomène spécifique des flux de ce détroit, ils s’interrogeront sur les courants alternatifs. Ils constateront qu’il n’y a rien d’uniforme dans la manière dont ces courants se comportent. A en juger du moins par l’apparence, sinon, comment expliquer que, dans l’espace d’un jour, le courant du détroit de Sicile, change deux fois de direction et celui de l’Euripe de Chalcis sept fois, tandis que le courant du détroit de Byzance n’en change pas du tout.
  • Pline l’Ancien
    Il y a des marées particulières en certains lieux : si le flux vient plusieurs fois dans le détroit de Messine, il vient sept fois le jour et la nuit dans l’Euripe, auprès de l’Eubée. La marée est au plus bas pendant trois jours dans le mois, au septième, au huitième, au neuvième jour de la lune. A Cadix, la fontaine proche du temple d’Hercule, laquelle est renfermée dans une espèce de puits, augmente et diminue, tantôt en même temps que l’Océan, tantôt à des époques opposées. »
  • François-Alphonse Forel
    A proposé la résolution de cette énigme par son étude de la limnologie et la découverte du phénomène des seiches
  • D. Eginitis
    Directeur de l’Observatoire d’Athènes, il propose la résolution complète du problème en publiant ses conclusions en 1929 ( « The problem of the tide of Euripus », Astronomische Nachrichten, vol. 236, 1929)


Up

Marées : la position des scientifiques

Il est essentiel pour le navigateur de connaître le fonctionnement du phénomène de marée, afin de comprendre le flux des courants. Liés primitivement et au calendrier lunaire. Mais pas seulement...

JPEG - 21.1 ko
Mécanisme des marées :
A. Syzygie - B. Quadrature
1. Soleil - 2. Terre - 3. Lune
4. Direction de l’attraction par le Soleil
5. Direction de l’attraction par la Lune.
  • Marée
    La marée est la variation de la hauteur du niveau des mers et des océans, causée par la combinaison des forces gravitationnelles dues à la Lune et au Soleil et des forces d’inertie dues à la révolution de la Terre autour du centre de masse du couple Terre-Lune et de celui du couple Terre-Soleil, le tout conjugué à la rotation de la Terre sur son axe.
  • Syzygie
    Lors de la pleine lune et de la nouvelle lune, c’est-à-dire lorsque la Terre, la Lune et le Soleil sont sensiblement dans le même axe, l’influence des corps célestes s’additionne et les marées sont de plus grande amplitude (vives-eaux).
  • Quadrature
    Marée faible, quand l’influence du Soleil et de la Lune s’opposent, lors du premier et du dernier quartiers, lorsque les trois corps ( Terre, la Lune et le Soleil) sont en quadrature, l’amplitude est plus faible (morte-eau).
  • Flot/jusant
    Le courant de marée montante se nomme flux ou flot, le courant de marée descendante se nomme reflux ou jusant
    Pour la mer, on peut comparer cette déformation à une énorme vague qui serait de forme régulière si les fonds des océans « étaient réguliers et s’il n’y avait pas de côtes »
  • L’effet piston
    Lorsque les côtes se resserrent en entonnoir, il y a amplification de la hauteur des marées entre les basses eaux et les hautes eaux par effet de résonance. Il s’y produit aussi un retard horaire progressif comme en Manche de l’entrée à Dunkerque, ou dans l’estuaire du fleuve Saint-Laurent au Canada. Les mers intracontinentales et intérieures sont peu sujettes aux marées car les masses d’eau et les distances entre les côtes concernées sont beaucoup plus faibles que dans les océans. Pour les mers partiellement ouvertes, tout dépend de l’ouverture par rapport au volume propre : en Méditerranée, l’étroitesse du détroit de Gibraltar empêche remplissage ou vidage conséquent, alors que dans le golfe du Morbihan, la marée génère des courants violents
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Mar%C3%A9e
  • le classement des marées pour le SHOM Quatre types de marée, voir note [2]
    • marée semi-diurne : Si on observe deux PM et deux BM ayant sensiblement la même hauteur.
    • marée semi-diurne à inégalités diurnes : Dans le même cas que précédemment mais avec des différences importantes entre les hauteurs des PM et des BM
    • marée diurne : une seule PM et une seule BM par jour.
    • marée mixte : tantôt une marée de type diurne et tantôt une marée semi-diurne à inégalités diurnes.
  • Seiche
    Une seiche est une oscillation de l’eau dans un bassin hydrique, de forme et de taille quelconques, provoquée par de petites secousses telluriques, par le vent ou par des variations de la pression atmosphérique. La période d’oscillation peut varier de quelques minutes à plusieurs heures.


Up

Marées à Chalkis : les explications données par les guides

  • Sea Seek
    Le canal est parcouru de courants qui atteignent 12km/h et se dirigent alternativement du N au S et du S au N sans que l’on ait encore pu trouver d’explication à ce phénomène
  • Cruisers Wiki
    La partie la plus délicate est de traverser le chenal Euripus avec son pont bas et son fort courant de marée qui peut atteindre 6-7 n
  • Guide Méditerranée
    Consulter attentivement les infos nautiques pour l’approche. Au passage du canal, ne suivez pas de trop près le navire précédent car s’il peine à remonter le courant, vous serez obligé de rester presque sur place dans le courant en étant difficilement manœuvrable, car il n’est pas uniforme sur toute la largeur du pont et vous renvoie à gauche puis à droite. Si vous manquez de puissance, ce n’est pas évident.
  • NoonSite
    Between Euboea (Evia) Island and mainland Greece, the Khalkis bridge only opens at slack tide or when ships can pass with a following tide, as there is a very strong current at other times.
  • Navily
    L’endroit n’est pas très sexy, ne pas mouiller trop près du pont n. Il y a deux démarches différentes à faire : 1)payer les droits de passage 35 € pour un 11 m à la guérite qui est sur le port 2)Allez présenter les papiers à la police maritime qui est dans une petite ruelle à 100 m du port.
  • Eauxturquoises.fr
    En venant du nord les courant peuvent être violents (4 à 5 nœuds), mais seulement sur une courte distance, entre le pont et le débouché sur Eubée nord, environ 500 mètres. En se resserrant, le bras de mer, accélère la force du courant, environ 6 nœuds, sur 150m. Au sud le courant est beaucoup pus faible, très rapidement
  • Rod Heikell
    Il note un marnage de 80 cm et un différentiel de 12 minutes pour les horaires de marée hautes entre le Nord et le sud du pont, expliquant la violence du courant à cet endroit.
  • Negroponte.eu
    • reprenant probablement une synthèse des conclusion de D. Eginitis, ils constatent les effets de la marée sur les courants, mais se limitent aux causes gravitationnelles
      • La durée naturelle du flot est de 6 heures, suivi d’une étale d’environ 8 minutes, puis se produit la renverse dans une direction exactement opposée pendant une nouvelle période de 6 heures. Le cycle est continuel avec une vitesse de 4 à 5 nœuds sur la courte distance au nord du pont, pour le mois lunaire en cours
    • Exception : des périodes « d’insubordination » se produisent deux fois au cours du mois lunaire et durent trois jours à chaque fois. Pendant ces périodes, il est possible que les eaux changent de direction jusqu’à 14 fois par 24 heures ou, à l’inverse, aucun changement ne se produit pendant une journée entière.
      • La première période se produit pendant les 7e, 8e et 9e jours du mois lunaire
      • La seconde pendant les 21e, 22e et 23e jours.
    • Ainsi, dans le premier cas, les courants commencent à devenir insubordonnés lorsque la lune est sur la transition du 6e au 7e jour de son mois, et reviennent à leur changement de direction standard de 6 heures lorsque la lune est entre le 9 et le 7. 10e jour de son mois. Dans le second cas, les courants deviennent insubordonnés entre le 20e et le 21e jour du mois lunaire et reviennent à l’ordre entre le 23e et le 24e jour.
      • Chaque période commence à 00h01 du premier jour et se termine à la 24e heure du dernier jour.
  • Autres facteurs influant sur les marées
    • L’attraction combinée de la Lune et du Soleil est cependant perturbée ou même parfois contrariée par d’autres phénomènes physiques comme l’inertie des masses d’eau, la forme des côtes, les courants marins, la profondeur des mers, ou encore le sens du vent local.


Up

Les constantes harmoniques

JPEG - 37.6 ko
Crédit photo : http://astarus.free.fr/les_marees__...

Lien pédagogique pour comprendre comment les cycles de marée sont calculés, vor le graphique ci contre :

Les prévisions de marée sont calculées, à partir de paramètres appelés « constantes harmoniques » et basés sur des mesures de marée historiques . voir note : [3]
Seuls les principaux ports disposent de constantes harmoniques. Ainsi, on ne trouvera des prévisions de marée que pour les spots situés à proximité d’un port de référence pour lequel il existe des constantes harmoniques connues. Dans ce cadre, l’exactitude des prévisions de marée fournies dépendra de plusieurs facteurs :
- De la distance du spot par rapport au port de référence.
- De la date de la dernière mise à jour des constantes harmoniques.
- De la cohérence du maillage des ports secondaires
- En gardant bien en tête que ces notion vont très rapidement être dépassées par les possibilité d’observation satellite. Voir à ce lien ce que réalise aujourd’hui l’Ifremer.

Les constantes harmoniques proposées par les logiciels de navigation
  • Pour Scannav qui propose 3 solutions de calcul de hauteurs d’eau
    • Le calcul du Shom, mais le port de référence est Durrès (Albanie)
    • Le calcul spécifique de Navionics mais le port de référence est Izmir
    • Le calcul par Wxtide port de référence Gibraltar.
  • Pour OpenCPN
    • qui intègre une table mondiale des constantes harmoniques, sauf pour la Méditerranée
    • mais on peut lire d’autres tables, dont celle de Merak56, qui propose Chalkis comme port de référence, mais... lié à Gibraltar....
  • Probablement avec d’autres logiciels de navigation, mais pas tous et probablement pas le port spécifique de Chalkis.
  • L’incontournable Wxtide offrant 3 points de calculs, mais tous rattachés à Gibraltar, donc avec deux marées de 12h/jour, une au sud du pont, une au nord et une à l’extrémité nord du golfe d’Eubée, pratiquement à son débouché vers le golfe de Stilidhos. Ce sera donc d’une utilité très limitée pour comprendre pourquoi Aristote s’était mis à l’eau.
Les prédiction sur les sites web

Des sites proposent des prédictions, annonçant les cycles de marées pour le pont de Chalkis. Parmi ceux ci :

L’un comme l’autre annoncent 2 marées semi-diurnes par jour, conforme aux inquiétudes d’Aristote, sans qu’ils citent leurs sources voir note : [4]

Comprendre la disharmonie : le mécanisme des seiches

JPEG - 58.7 ko
source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Seich...)

Finalement, si on justifie l’inversion des courants par les flux de marée, si on explique leur violence au niveau de l’étroit chenal du pont de Chalkis par la configuration côtière du golfe d’Eubée, mais... rien ne montre pourquoi ils sont aussi irréguliers. Selon toute vraisemblance il faudra admettre que ces courants ne sont pas totalement gravitationnels.

  • Ils le sont partiellement et très faiblement par les effets des cycles de marée de la Mer Egée
  • Mais ils sont surtout dépendant des effets de seiche , impactant toute la zone du golfe d’Eubée (nord et sud)
    • Une seiche est une oscillation de l’eau dans un bassin hydrique, de forme et de taille quelconques, provoquée par de petites secousses telluriques, par le vent ou par des variations de la pression atmosphérique1. La période d’oscillation peut varier de quelques minutes à plusieurs heures
  • Effets de seiche, définition du SHOM :
    Une seiche est une oscillation libre d’un plan d’eau, c’est-à-dire une oscillation dont la fréquence est propre à ce lieu. Les seiches sont généralement associées à des périodes de mauvais temps ; elles peuvent être causées par un résidu d’ondes de tempête qui engendre une oscillation qui est alors entretenue par un phénomène de résonance due à la configuration géographique du bassin. Cette oscillation est observée dans des bassins fermés ou semi-fermés.
  • Témoignage sy Sylphe 21/08/2003 : “J’ai exactement l’impression de naviguer sur un plan d’eau incliné secoué de spasmes épidermiques. Pas plus de vent que çà, pas de trop gros clapot, non, non, mais un chaudron infernal où l’on a l’impression que l’on va tout casser.

Le golfe d’Eubée avec ses deux accès, nord et sud, distants de 125 milles, soumis chacuns à des conditions météo spécifiques (Sporades au nord et Cyclades au sud), correspond bien à cette définition

On peut alors faire appel au bon sens marin


Up

Le bon sens des marins, et les courants dans le Golfe d’Eubée.

Contrairement aux idées reçues, on trouve des courants en Méditerranée. Généralement calmes, ils peuvent se renforcer au large de cap, dans certains détroits, le canal de Sicile en particulier, sous certaines configuration du trait de côte, au large stationnaires, le golfe de Squillace en est un bon exemple.
Certaines configurations de côte peuvent générer des courants très violents : le Bosphore et les Dardanelles, le détroit de Messine et.... le goulet de Chalkis. On trouvera dans ces détroits des courants pouvant atteindre 6 nœuds...
Généralement sans trop de problème sauf à Chalkis où l’on trouve un pont bas sur l’eau faisant barrière. Il ne s’ouvre que la nuit à l’étale. C’est un piège avec des courants de 6 nœuds, au nord du pont.

L’origine des courants

Courants sans rapport avec l’inclinaison des Marée
Généralement provoqués par le vent, des écarts de salinité, des différences de pression atmosphériques, ou des variation de température. Il peuvent aussi dépendre de la pluviométrie, le courant du Bosphore, provoqué par le déséquilibre entre le niveau de pluie en mer Noire, et les fleuves qui s’y jette et l’évaporation en mer Méditerranée, en est un bon exemple

JPEG - 172.5 ko
types de courants à l’échelle méditerranéenne
JPEG - 127.3 ko
Typique pour la Méditerranée orientale
JPEG - 50 ko
Spécifique au golfe d’Eubée

Courants lié à l’onde de marée
Comme expliqué plus haut, ce sont des courant gravitationnels, en rapport avec le déplacement de l’onde de marée. En fonction de la configuration de la côte, de la nature des fonds, de la surface d’exposition, l’onde de marée sera plus ou moins haute. De 4 à 6 mètres sur notre façade atlantique, mais à plus de 10 m suivant la configuration de certaines baies, le Mt St Michel en est l’exemple type
La Méditerranée, de surface restreinte est peut sensible à cette attraction. Freinée par l’étroitesse du détroit de Gibraltar, la marée varie en moyenne de 40 cm. Les courants de marée aussi. Explication succincte, source refmar.shom.fr  :

JPEG - 166.2 ko
du canal de Sicile à Cythère : 400 milles - de Cythère à Cap Sounion : 120 milles - de Sounion à Accès sud Eubée : 30 milles - de Sounion à accès nord Eubée : 125 milles

Les profondeurs varient :

  • 100 m dans le canal de Sicile
  • 4000 m ans la fosse de la mer Ionienne
  • 50 à 200 m dans le détroit d’Anticythère
  • 500 m entre Cythère et Sounion
  • de 30 à 90 m, avec des seuils à 10 m dans le golfe d’Eubée

Le rapport entre les hauteurs de marée et les courants de marée
Sources : http://refmar.shom.fr/documents/102...
La marée est un mouvement oscillatoire que l’on pourrait comparer à la houle dans les couches superficielles ; dans les deux cas, les molécules d’eau décrivent des trajectoires fermées dans un plan vertical. Mais, à la différence de la houle, la longueur d’onde de la marée est toujours bien supérieure à la profondeur des océans. Il en résulte que le mouvement dû à ce phénomène intéresse toute la hauteur d’eau. Toutes les molécules d’une même verticale décrivent des orbites sensiblement égales et extrêmement aplaties. Le mouvement vertical constitue la marée proprement dite ; les mouvements horizontaux, incomparablement plus importants forment les courants de marée.

  • L’étude des courants de marée peut être faite comme celle de la marée, mais elle présente plus de difficultés en raison : d’une part de la rapidité avec laquelle leurs caractéristiques peuvent varier d’un point à l’autre,
  • et d’autre part de leur moins grande régularité dans le temps. Néanmoins, en raison d’une moins grande exigence de précision, il sera possible, pour confectionner les atlas de courant pour la navigation, d’avoir recours à la modélisation numérique.

Impact local de la cartographie et de la bathymétrie

JPEG - 94.1 ko
1.1 Accès chambre sud
JPEG - 91.9 ko
2.1 Chambres Sud
JPEG - 84.2 ko
3 Buse d’échappement
JPEG - 101.6 ko
2.2 Chambre Nord
JPEG - 88.8 ko
1.2 Accès chambre Nord
JPEG - 96.5 ko
Parcours théorique de l’onde de marée W => E depuis Gibraltar

Schématiquement, le système de marée du golfe d’Eubée sera déterminé par la forme et l’orientation de ses différents bassins

  1. aux entrées deux larges accès vers le large :
    1. Ouverte au sud : une chambre d’admission, large de 10 milles et se rétrécissant à moins de 2 milles au niveau des îles Kavalliani, elle se prolonge vers le détroit de Avlidos-Bourtzi pendant 26 milles. Sa longueur totale peut être estimée à environ 40 milles. Ses fonds, réguliers passent de 90 à 50 m en diminuant doucement. Elle est fermé au nord par l’étroit détroit, large de 400 m, Les fonds remontent brutalement à moins e 10 mètres. Ell perd son aspect maritime
    2. Ouverte au Nord, et, c’est le pendant de la précédente, entre le golfe de Volos et le détroit de Knimidas, large de 10 milles, large de 6 milles et se rétrécissant à 3 milles, ses fonds sont réguliers ente 50 et 60 mètres. Elle possède deux vastes chambres d’expansion (et ce ne peut être sans effets) : les golfes de Volos et et de Maliakos
  2. liées au deux précédentes et donnant accès à la buse que représente l’étroit passage du pont, large de 34 mètres seulement, on trouve deux chambres de part et d’autre
    1. Au sud entre le détroit de Avlidos-Bourtzi et la dernière chambre avant me pont : Notios Limin, deux petite bassins, avec peu d’eau : entre 4 et 8 m sur 4 milles, séparé par le très étroit passage (200 m) permettant l’enjambement du nouveau pont « haut ». On se trouve dans une ambiance pratiquement fluviale. A noter la présence d’un marégraphe sous le nouveau pont, utilisé par WXTide32, et permettant une approche « théorique rationnelle » du calcul des marée pour Chalkis
    2. Au nord, encore, le pendant du système représenté par la chambre nord, longue de 40 milles, large de 6 à 10 milles, très profonde (on y trouve une fosse de 400 m), au caractère maritime très marquée. Orientée dans le sens du vent dominant en été (Meltem), c’est elle qui sous tout vraisemblance détermine la puissance et le rythme des marées impactant l’avant port et le pont de Chalkis.
  3. Au milieu et au coeur du système l’étroite passe du pont de Chalkis, dont la structure rappelle celle d’un buse, alimentée selon le sens de la marée, soit par la vaste chambre au sud du pont soit par le bassin nord, plus profond, plus maritime et... bien plus violent. L’expérience montre que ces courants peuvent monter sur 150 m au nord du pont à une vitesse de 4 à 7 nœuds

Quelque soit l’influence des vents, de la pression atmosphérique, de l’état de la marée, ou des conséquences des effets de seiche. On constate bien un différentiel de marnage de 80 cm au niveau du pont, mais imprévisible et aléatoire. Le logiciel XYTide32 propose 3 points de mesure de constantes harmoniques sur cette zone. Un au pont lui même, l’autre sur la bassin sud, distant d 1,3 milles, et un troisième à 30 milles, dans le bassin nord, à la hauteur du détroit de Knimidas. Ces trois relevés proposés par tranche horaire, permettent en calculant les différence de hauteurs d’eau entre ces trois points et à la même heure d’établir un courbe de l’étiage.

JPEG - 59 ko
Date et coef de marée à 1 mille au sud du pont
JPEG - 67.1 ko
Date et coef de marée à 39 milles au nord du pont



Up

Conclusions

Hé bah... pas de conclusion, si ce n’est qu’Aristote avait eu raison de se jeter à l’eau... au moins, ça calme.

  • Oui il y a des marées au pont de Chalkis
  • Oui cela génère des courants violents
  • Oui, ils sont alternatifs
  • Oui cela cause moins de problèmes au sud, avec des possibilités de mouillage
  • Oui ils sont bien plus dangereux au nord du pont, là justement où l’on trouvera peu de possibilités d’accostage
    • Notamment si le plus fort du courant tombe en milieu d’après midi, s’opposant au courant en milieu d’après midi. voir note : [5]
    • Dans ce cas de figure, ne rêvez pas non plus de pouvoir trouver un mouillage d’attente à l’Est du cap Ak Kakokefali, très exposé au vent dominant avec un fetch de 40 milles
    • La seule solution sera d’anticiper votre heure d’arrivée pour la faire coïncider avec une période de faible courant.
  • Non, hélas non, on ne sait pas prévoir d’horaires précis de ces marées, même sans perturbation atmosphérique. On connait trois possibilités de prédictions locales pour ce phénomène
    • Le logiciel XYTide32, le plus rationnel, semblant utiliser des constantes harmoniques fiable, mais liées aux seul effets gravitationnels. Ceci dit, c’est déjà beaucoup
    • Le site Tideschart Chalkida
    • le site Wisuki.com
  • ndlr : ces trois sources d’informations semblent fiables, en les recoupant comme pour le relevé ci dessous. Il faudra néanmoins se méfier de leur gestion de l’heure locale. Des trois, “Tideschar”t semble le plus simple à utiliser, reprenant semble-t-il les données de XYTides32, en rationalisant sa présentation

Test

Wisuki.com 29/03/2021 ns ns ns ns 06:26 0.7m 12:12 0.1m 18:49 0.7m
Tideschart.com 29/03/2021 ns ns ns ns 0738 0.8m 13:24 0.0m 20:01 0.8m
XYTide32 29/03/2021 ns ns ns ns 07:38 0.8m 13:24 0.0m 20:01 0.8m
Wisuki.com 30/03/2021 00:28 0.1m 07:07 0.7m 2:51 0.1 m 19:32 0.7m
Tideschart.com 30/03/2021 01:40 0.0 m 08:19 0.8 m 14:03 0.0 m 20:44 0.8 m
XYTide32 30/03/2021 01:40 0.0 m 08:19 0.8 m 14:03 0.0 m 20:44 0.8 m
Wisuki.com 31/03/2021 01:07 0.1 m 07:49 0.7 m 13:32 0.1 m 20:15 0.6 m
Tideschart.com 31/03/2021 02:19 0.0 m 09:01 0.8 m 14:44 0.0 m 21:27 0.7 m
XYTide32 31/03/2021 02:19 0.0 m 09:01 0.8 m 14:44 0.0 m 21:27 0.7 m

Références utiles

Exemple de données recueillies par XYTide32
Télécharger ce document, taille 98.1 ko Document (PDF – 98.1 ko)


[1] http://negroponte.eu/en/chalkida/pa...

[2]

JPEG - 340.4 ko

http://refmar.shom.fr/faq/maregraph...

[3] ndlr : Les prédictions de marée ne sont donc que la projection d’enseignements historiques, archivés et retraités en prévisions logiques. La qualité du matériel de mesure et d’enregistrement est primordial. L’appoint des satellites d’observation va devenir prépondérant

[4] sources des caractéristiques de marées : il s’agit très probablement des informations fournies par le logiciel WXTide 32

[5] En rentrant la toile avant d’embouquer le chenal, je me suis demandé ce que cela pouvait bien donner si on arrivait vent contre courant … Et bien cela donne un chenal étroit qui fume blanc, car bien sûr on est arrivé au plus fort du courant qui donnait à 4-5 nœuds vers le N/E et 20-25 nœuds de vents de NE et le clapot qui va avec. source

Il y a 1 documents disponibles.


1  
98.1 ko  
tables_marees_chalkis.pdf
UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

2 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • Courants
    En transportant chaleur et énergie, les courants océaniques jouent un rôle majeur dans le façonnement du climat des nombreuses régions de la Terre.

    • Les courants de surface (limités aux 400 m supérieurs de l’océan) sont généralement entraînés par le vent et développent leurs spirales typiques dans le sens des aiguilles d’une montre dans l’hémisphère nord et leur rotation dans le sens inverse des aiguilles d’une montre dans l’hémisphère sud (pour les courants chauds).
    • La circulation océanique profonde est le résultat d’un certain nombre de facteurs, notamment les variations de température et de salinité des masses d’eau, des rivages, de la topographie souterraine, des marées, etc. comme la rotation de la terre.
    • Les courants subtropicaux aux limites occidentales sont des courants de surface chauds et rapides qui transportent beaucoup d’eau et de chaleur d’origine tropicale vers les régions subpolaires. Ce processus est extrêmement important pour maintenir l’équilibre thermique de la Terre.
    • Les courants connus sous le nom d’upwelling apportent également de l’eau froide et riche en nutriments des profondeurs jusqu’à la surface. La rotation de la Terre et les forts vents saisonniers éloignent les eaux de surface de certaines côtes occidentales, de sorte que l’eau monte sur les bords occidentaux des continents pour la remplacer. La vie marine prospère dans ces eaux riches en nutriments.

    Service de surveillance du milieu marin Copernicus

    Le service de surveillance du milieu marin Copernicus fait partie du programme Copernicus, qui est un programme de l’UE géré par la Commission européenne (CE) et mis en œuvre en partenariat avec les États membres, l’Agence spatiale européenne (ESA), l’Organisation européenne pour l’exploitation des Satellites météorologiques (EUMETSAT), le Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme (ECMWF), les agences de l’UE et Mercator Ocean. Le programme vise à développer un ensemble de services d’information européens basés sur l’observation de la Terre par satellite et des données in situ (non spatiales).

    lien : https://on.windy.com/4sp8a

    Répondre à ce message

    • La NOAA met à niveau son modèle météorologique Global Forecast System (GFS) pour renforcer les capacités de prévision météorologique.

      • Le GFS sera couplé au modèle de vague global WaveWatch III ce qui étendra les prévisions de vagues actuelles de 10 jours à 16 jours et améliorera la prévision des vagues océaniques forcées par l’atmosphère. Le couplage du GFS et des modèles de vagues rationalisera la suite de production des Centres nationaux de prévision environnementale (NCEP) en consolidant les données de prévision atmosphérique et des vagues et en les distribuant ensemble.
      • La résolution du GFS augmentera en doublant le nombre de niveaux verticaux, de 64 à 127. Les améliorations apportées à la physique atmosphérique amélioreront également les capacités de prévision de la neige et des précipitations.

      En plus des mises à niveau de GFS, la NOAA modernise simultanément le système global d’assimilation des données (GDAS). Cet effort permettra au modèle d’ingérer plus de données provenant des satellites géostationnaires et en orbite polaire, ainsi que des observations de vent, de température et d’humidité au niveau du vol depuis les aéronefs.

      Ces mises à niveau font partie du système de prévision mondial de nouvelle génération au sein du système de prévision unifié (UFS), effort continu pour tirer parti de l’expertise de la communauté météorologique. Cette dernière version du modèle, appelée GFSv16, a montré des compétences de prévision améliorées dans de nombreux domaines, y compris les délais de genèse des ouragans, la prévision des chutes de neige et la prévision des événements de précipitations extrêmes.
      L’annonce d’aujourd’hui marque la première mise à niveau majeure du GFS à noyau dynamique à sphère cubique à volume fini (FV3), qui a remplacé le GFS à noyau dynamique spectral en juin 2019. Le GFS avec noyau dynamique FV3 rassemble la physique supérieure de l’atmosphère mondiale avec la fiabilité au jour le jour et la rapidité des prévisions météorologiques numériques opérationnelles.

      Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales