image
image
image

Votre IP : 34.236.216.93
Dernier ajout : 18 octobre
Visiteurs connectés : 14

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Forum technique > Sécurité -forum- > gilet auto et resistance sangle inguinale

Rubrique : Sécurité -forum-

__________________________________________________________________________________________________________________

gilet auto et resistance sangle inguinaleVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié Avril 2013, (màj Avril 2013) par : kerkyraII   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail Inscrit aux forum vous pourriez transmettre cette page à un ami plaisancier

bonjour,

je me suis toujours demandé quelle était la fiabilité des sangles inguinales sur nos gilets.
en fait, je n’en ai pas sur ceux que j’ai, mais je vais en prendre des nouveaux, équipés eux de sangles ; mais quand je vois les système d’attache de la sangle au gilet, je trouve ça un peu léger, et je m’interroge sur la résistance de ces système clipsés.
il me semble qu’en cas de chute, si on est retenu au bateau en pendouillant, la traction sur la sangle doit être très forte..
même chose pour repêcher quelqu’un

avez vous un retour d’expérience sur ces systèmes ?

laurent

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

13 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • 28 avril 2013 18:45, par Pil-Poil écrire     UP

    Il faudrait trouver la norme à laquelle ces sangles doivent être conformes ... et ensuite, soit on fait confiance au fabriquant, soit on fait des essais destructifs sur une machine de traction.

    Les verrouillages en polyamide chargé de fibres de verres peuvent être très résistants ... s’ils sont bien conçus du point de vue de leurs formes géométriques :-/

    Répondre à ce message

    • oui, bien d’accord avec toi, pour les systèmes de verouillage, s’ils sont bien fait, ça doit tenir...
      après, il y a aussi des gilets sans..

      Répondre à ce message

    • quand on voit ce qui est proposé, je doute qu’il y ait une norme !
      Il y a certes une norme concernant les gilets et ils sont certainement conformes.
      Un site allemand bien connu vend des gilets gonflables à un prix intéressant mais sans préciser le type de déclanchement : hydrostatique ou pastille de sel.
      Un fabriquant (ex) français vend des gilets avec une option « sous-cutale » qui est un vulgaire bout de sangle en polypropylène avec une boucle à chaque extrémité et quii coûte près de 50% du prix du gilet !
      A vrai dire, un gilet n’est pas un harnais et réciproquement sauf à chercher des modèles haut de gamme qui valent plusieurs centaines d’Euros.
      En fait, il y a un problème gilet et un problème harnais.
      Combiner les deux doit être assez ardu.
      On attend d’un gilet de vous faire flotter (c’est le minimum) et de vous retourner, le cas échéant, la tête hors de l’eau.
      Le point de fixation de la longe sur un gilet se situe sur la poitrine.
      Si on tombe à l’eau :
      * la longe est courte et on reste suspendu au bateau . Très peu d’espoir de de se voire remonter à bord sauf à utiliser un palan sur la bôme .
      * la longe est longue et va se faire trainer . Si le bateau a un peu de vitesse, il a de fortes chances de se faire trainer face contre l’eau.
      Avec un harnais style parachute : point d’attache dans le dos ou au niveau des épaules, on a peut êre une petite chance de maitriser la position de remorquage mais, reste le problème de la remontée à bord.
      Les sangles « inguinales ou sous cutales » évitent certes de sortir du harnais mais au prix de quelles souffrances ?
      Conclusion ?
      Un gilet est fait pour faire flotter.
      Un harnais doit vous éviter de tomber à l’eau : Lignes de vie assez raides et longes courtes.
      Faut rester à l’intérieur des filières .

      A tout hasard,pour mes gilets gonflables, je me suis fabriqué des sous cutales doubles qui prennent sous les deux cuisses. Avec l’espoir qu’elles ne serviront jamais !

      Répondre à ce message

      • A vrai dire, j’ai espéré qu’il puisse exister un tout en un gilet/harnais.
        je me demande si je vais pas effectivement les faires ces sangles, histoire de pas finir eunuque en cas de chute...
        même si je suis attaché très très court, on prends un sacré risque avec ces sangles uniques...

        en tous cas, je suis bien d’accord, faut pas tomber, je vais encore creuser un peu, voire si je peut pas trouver un bon gilet harnais à un prix raisonable, sinon je prendrai l’option fabrication de sangles pour les jambes.

        Répondre à ce message

        • 29 avril 2013 08:45, par Négofol écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

          La norme pour les gilets est l’ISO 12402 ; C’est un labyrinthe divisé en dix parties suivant le type de gilets.
          Les gilets 150 N sont l’objet du -3.
          Le problème est que le standard spécifie des performances de l’ensemble et pas des composants (la définition étant laissée au concepteur).
          Les méthodes d’essai sont l’objet du -7. Elles sont surtout orientées sur le vieillissement des matériaux.
          Pas la moindre allusion à une sangle inguinale nulle part : apparemment, c’est un choix laissé au concepteur/utilisateur....
          Au 5.6.2.3 il est dit que si des sangles inguinales sont prévues pour améliorer la tenue, elles ne doivent pas gêner....
          Par contre, la bride de hissage doit tenir 320 kg.

          Répondre à ce message

          • 29 avril 2013 08:53, par Négofol écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

            Par contre les harnais sont bien spécifiés et il est bien précisé que les combinaisons harnais+gilet doivent passer la norme harnais. Ce sont des essais dynamiques, inspirés de ceux des harnais bâtiment ou alpinisme.

            • La aussi sangle inguinale facultative mais doit être possible (?). Largeur moitié de celle du harnais. On n’est pas plus avancé...

            Répondre à ce message

            • 29 avril 2013 14:15, par kerkyraII écrire     UP     Ce message répond à ...

              et oui effectivement, j’ai bien l’impression qu’il y a un vide à ce niveau là.
              et en matière de vide je trouve celui ci un peu inquiétant, je n’ai pas bien confiance dans le sérieux des fabricants s’ils ne sont pas obligé par une norme.
              donc, cette sangle si l’on ne peut s’y fier ne sert à rien ?

              je suis pas loin de le penser...

              Répondre à ce message

              • 29 avril 2013 22:21, par Négofol écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

                Pas d’accord : ça me parait un bon système pour que la personne ne puisse pas glisser hors du gilet. Dans ce cas, l’effort maximum à supporter est la flottabilité de la vessie du gilet soit 15 kg, autrement dit pas grand chose....

                Répondre à ce message

                • 30 avril 2013 17:51, par kerkyraII écrire     UP     Ce message répond à ...

                  oui pour se baigner, mais du coup, pas un bon systeme de harnais, destiné à retenir un homme dont le poids est devenu considérable du fait d’une chute, ou d’un paquet de mer qui l’a balayé...

                  sans lien ni transition, sur ce, je vais affûter mon pique à poulpes, les choses importantes ne souffrent pas d’attendre...

                  Répondre à ce message

  • 30 avril 2013 20:57, par Alien écrire     UP  image

    Ce sont deux fonctions bien différentes .

    Le harnais est prévu pour éviter de tomber à l’eau.
    La longe doit être courte (la norme prévoit 2m), le point d’attache doit être solide.
    On peut s’interroger sur l’efficacité des lignes de vies qui, courant sur les passavants, n’empêchent pas de tomber à l’eau.

    Le gilet permet de flotter dans la bonne position même un peu groggy.

    Dans la vraie vie, il vaut éviter de tomber à l’eau car remonter à bord et/ou se faire remonter à bord peut s’avérer quasi impossible.
    Pas plus les gilets que les harnais sont prévus pour.
    C’est là que la sous-cutale peut jouer un rôle mais il ne faut pas se faire grandes illusions.

    Vaut mieux réfléchir aux moyens de remonter quelqu’un d’inerte à bord.
    Les sauveteurs professionnels commencent souvent par envoyer un plongeur. Moi j’ai pas ça à bord !

    Vivant dans une île où tout le monde ou presque va sur l’eau par nécessité ou par plaisir, j’ai de multiples souvenirs. Presque un par an. Les deux derniers se sont bien terminés mais cela relève du miracle.

    Je pense qu’il faut surtout bien préparer le bateau avant. .

    Répondre à ce message

    • 1er mai 2013 00:21, par kerkyraII écrire     UP     Ce message répond à ...

      on en reviens toujours au même, faut pas tomber.
      sur le bateau, j’avais des liognes de vie, très à l’intérieur, puis finalement, je m’attache court aux mains courantes qui vont du cockpit jusqu’au mat, et je réfléchis à installer des points d’attaches fixes pour le balcons avant, cela me semble plus sur que les lignes de vie ; en même temps, je perd l’élasticité de la ligne, et j’espère que les mains courantes sont sufisament solides.

      en même temps, c’est un bateau (gibsea 33), contruit solidement, y compris les mains courantes.

      est ce que vous vous attachez sur des points fixes en dehors du cockpit ?

      Répondre à ce message

  • Mon fabriquant de gilet m’annonce que la D.240 a évolué en décembre pour rendre obligatoire un dispositf lumineux solidaire du gilet de sauvetage. Plus précisément :
    La division 240 de décembre 2014 émise par le Ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie concernant l’équipement de sécurité des navires de plaisance rend, à partir du 1er mai 2015, obligatoire la présence d’un moyen de repérage lumineux individuel, étanche, ayant une autonomie d’au moins 6 heures, de type lampe flash, lampe torche ou cyalume, à condition que ce dispositif soit assujetti à chaque équipement individuel de flottabilité ou porté effectivement par chaque personne à bord.

    • La lampe flash, diablement efficace, est mal adapté dans sa présentation la plus courante (tube de 2x12cm un peu lourd avec brassard en sangle velcro pour la porter au bras), ça sera donc l’option porté effectivement par chaque personne à bord )
    • Le bâton cyalum est acceptable (euh, 6 heures, lui ?) à condition d’être « solidaire du gilet », qui trop souvent n’à pas de housse à accessoires, même remarque pour une éventuelle lampe torche (ou une pochette de poudre de fluoresceine, efficace de jour selon la SNSM)
    • la mini-lampe flash SOLAS est parfaite, elle est souvent prévue pour être clipsée à une sangle du gilet, clipse qui parfois se déclipse lui-même (pas top du tout), il vaut mieux assurer par quelques points de couture. Certains constructeurs (dont 4W), dans leur immense bêtise, ont prévu une languette à manœuvrer pour armer/désamer, pas tous heureusement. Ce point est à vérifier avant achat. Pas trop onéreux (15 à 17€), valable 5 ans.

    Le lien vers la dernière brochure : http://www.developpement-durable.go...

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales