image
image
image

Votre IP : 34.201.121.213
Dernier ajout : 24 juillet
Visiteurs connectés : 16

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Forum technique > Sécurité -forum- > Foudre et proximité toiture en tôle

Rubrique : Sécurité -forum-

__________________________________________________________________________________________________________________

Foudre et proximité toiture en tôleVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié Décembre 2013, (màj Décembre 2013) par : jpiebrig  image   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail Inscrit aux forum vous pourriez transmettre cette page à un ami plaisancier

Bonjour,

  1. Le mât de mon bateau se trouvant sur un ponton à moins de 15 m d’une toiture métallique en tôle ondulée d’environ 17 m x 17 m et moins de 20 m d’un transformateur, les chances d’être frappé par la foudre sont elles plus importantes que si je m’en trouvais éloigné d’une cinquantaine de mètres ?
  2. Y-a-t-il une explication au fait que les catamarans sur les pontons sont beaucoup plus frappés par la foudre que les monocoques et peut-on y remédier ?
  3. Sur un coup de foudre « indirect » au ponton, en dehors de prolonger les haubans par des câbles plongeant dans l’eau, de mettre également une tresse dimensionnée du mât à l’eau, de débrancher totalement le positif, le négatif et tous les câbles entrant ou sortant de tous les appareils, et bien sûr de brûler un cierge pour ceux qui y croit, peut-on faire autre chose ?

Qu’en pensez-vous ?

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

4 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • 6 décembre 2013 23:43, par yvesD écrire     UP Animateur

    A l’époque où j’étais très concerné par ses problèmes (catamaran) j’avais pas mal étudié un papier (joint en annexe) traitant de cette foudre, papier publié dans une des revue de l’IEEE
    J’ai même traduit un autre papier (post suivant)
    De là à dire que je sais comment agir et réagir à ce phénomène, qui m’a sans doute cramé un radar et un étage de sortie d’un pilote, sans doute par proximité avec un éclair tombé dans le port d’Ostia.
    Mais tu y trouvera des pistes.

    Répondre à ce message

    • 6 décembre 2013 23:49, par yvesD écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

      pour son contenu, pas pour sa traduction.
      D’autres papiers sont restés sur mon ancien site http://www.devill.net/info.html à la rubrique foudre

      Répondre à ce message

      • 7 décembre 2013 11:57, par yvesD écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

        dans cet article http://www.devill.net/Infos/Electri... (origine : meteo-france) je relis Dans le cas d’une tige verticale de hauteur H au-dessus du sol, la surface équivalente de capture est un cercle dont le rayon vaut trois fois la hauteur de la tige. Certains spécialistes préconisent de retenir pour ce calcul un rayon de deux fois la hauteur, mais il est clair qu’en prenant trois, on obtient une valeur conservatoire du risque de foudroiement. Appliquons cette formule au cas d’un mât de bateau, qui aurait une hauteur de 15 mètres au-dessus du plan d’eau. On obtient une surface équivalente de 6362 mètres carrés, ou 0,0064 kilomètre carré. Si maintenant nous supposons que le bateau se trouve dans une zone en mer où la densité de foudroiement est de 3 coups de foudre par kilomètre carré et par an, nous obtenons une probabilité de foudroiement de 0,0064 x 3 = 0, 02 soit une fois tous les 50 ans. Mais, comme de
        plus ce bateau ne sera pas occupé en permanence pendant la saison orageuse, les occupants éventuels encourent un risque encore bien moindre. Si, maintenant, nous prenons l’hypothèse de deux fois la hauteur du mât, comme le préconisent certains, avec une densité de 2 coups par km² et par an, la probabilité de foudroiement tombe alors à 0,006, soit une fois tous les 170 ans. La réalité est certainement encadrée par ces deux probabilités.

        Répondre à ce message

  • 6 décembre 2013 23:45, par yoruk écrire     UP Animateur

    Bonjour
    Nous avons été victime d’ionisation (tempête ionique, je crois que c’est ce que l’on dit). Nous étions à bord, et la foudre est tombé tout prêt, sur un bateau juste en face sur l’autre ponton, environ 30 m je pense.

    Il semble que les ions périphériques à la foudre, cherchent la terre. Ils attrapent prioritairement les haubans et le mat. Ce qui expliquerait que les catas soient plus souvent frappés, à cause de leur haubanage spécifique. De là ils cherchent la terre par le chemin le plus court.

    Dans notre cas le chemin le plus court a été le circuit de 220 interne. Tout ce circuit à morflé. Les connexion à l’intérieur des prises ont explosé, et tout ce qui trouvait en périphérie a souffert, avec des exception très étonnantes : on a pété l’alim du PC fixe du bord, mais pas l’écran, entre autre

    A mon avis la tempête ionique n’épargne rien, que ce soit branche ou pas… Des voisins, sur Halberg Rassy également touché ont interrogé HR à ce sujet. La réponse ne manque pas de sel : rien à faire, si ce n’est d’installer des câbles de batteries avec des pinces costaud, sur les haubans, avec une mise à la mer la plus directe possible

    Pour vivre à bord depuis plus d’une dizaine d’année, dans un port très exposé à des orages violents, il me semble que la foudre à une fâcheuse tendance à tomber souvent au même endroit. Si on peut s’éloigner des zones à risques... ce n’est pas plus mal

    Michel

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales